Echanger des services entre habitants avec L'accorderie

Il s’agit d’un concept Québécois (première Accorderie en 2002), importé en France par la fondation MACIF et la Ville de Paris (2011). La 1ère Accorderie située rue Mathis (quartier Crimée, Paris 19e) était une expérimentation portée par la Régie de Quartier pour répondre à des questions de pauvreté. Un réseau des Accorderies de France a été créé en 2013 et 38 Accorderies sont actuellement en fonctionnement en France en 2020. L’Accorderie est devenue indépendante de la Régie de Quartier (association à part entière) en décembre 2017. Pour s’étendre à d’autres quartiers du 19ème, des permanences ont été ouvertes dans les quartiers Danube et Chaufourniers (2016/2017) en partenariat avec Paris Habitat, puis dans le quartier Algérie (fin 2017) accueillies par l’Accueil Habitant de Laurence Vaudour et la Bibliothèque de la Place de Fêtes, avant d’obtenir un local et de devenir Espace de Vie Sociale agréé CAF (*principe de portage du lieu par les habitants). La volonté de toucher le quartier Algérie (assez enclavé au sein du 19e arrdt) découlait du constat suivant : il y a peu d’associations sur le périmètre, peu (ou pas) de lieux de rencontres ou de vie sociale pour les habitants et les associations.

AUTEUR(S)

Fontaine Annie

présidente et responsable (respectivement)

nanoufontaine@gmail.com ; eva.gutjahr@accorderie.fr

Fiche rédigée par Chloé Pillon

PROGRAMME

Démarrage: 2011

Lieu de réalisation: Paris 19e, quartier Algérie

ORGANISME(S)

L'accorderie

Paris 19e Arrondissement - 75019

18 Rue de l'Orme

2 Salariés / 80 Bénévoles / 450 Adherents

Site internet Médias sociaux

Partager sur

COMITÉ DE LECTURE

Date de lecture de la fiche

2021-04-26 00:00:00

Localisation

France Île-de-France Paris

Appréciation(s) du comité

Source d’inspiration !

Type de structure

Associations Association, collectif, ONG

Envergure du programme

Nationale

Domaine

Lien social, intergénérationnel Culture, sport et loisirs

Bénéficiaires

Femmes Universel Seniors

LOCALISATION
LICENCE

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0

Pour citer un texte publié par RESOLIS:

Fontaine Annie, « Echanger des services entre habitants avec L'accorderie », **Journal RESOLIS**

ORIGINE ET CONTEXTE

Il s’agit d’un concept Québécois (première Accorderie en 2002), importé en France à Paris 19e par la fondation MACIF et la Ville de Paris (2011). La 1ère Accorderie située rue Mathis (quartier Crimée) est une expérimentation portée par la Régie de Quartier pour répondre à des questions de pauvreté. Un réseau des Accorderies de France/RAF a été créé en 2013 et 38 Accorderies sont actuellement en fonctionnement en France en 2020. L’Accorderie est devenue indépendante de la Régie de Quartier (association à part entière) en décembre 2017. Pour s’étendre à d’autres quartiers du 19ème, des permanences ont été ouvertes dans les quartiers Danube et Chaufourniers (2016/2017) en partenariat avec Paris Habitat, puis dans le quartier Algérie (fin 2017) en partenariat avec l’Accueil Habitant de Laurence Vaudour (rue Alphonse Aulard) et la Bibliothèque de la Place de Fêtes. En mai 2019, L’accorderie obtient son propre local et devient Espace de Vie Sociale agréé CAF (*principe de portage du lieu par les habitants). La volonté de toucher le quartier Algérie (assez enclavé au sein du 19e arrdt) découlait du constat suivant : il y a peu d’associations sur le périmètre, peu (ou pas) de lieux de rencontres ou de vie sociale pour les habitants et les associations.

OBJECTIFS

Missions : - Lutter contre la pauvreté, l’exclusion et l’isolement - Renforcer liens sociaux - Développer les liens intergénérationnels - Développer la mixité sociale - Développer la solidarité de proximité - Développer le pouvoir d’agir - Faire émerger les compétences de tous et les valoriser

ACTIONS MISES EN OEUVRE

Principes de fonctionnement : 1. Une heure de service reçu = une heure de crédit pour un service futur à recevoir 2. La monnaie d’échange c’est le temps, pas l’argent 3. Équilibre dans les échanges : on donne et on reçoit 4. Pas de bénévolat : l’investissement des accordeur-e-s est rémunéré en temps par celle-ci 5. Prise en charge de l’Accorderie par les accordeur-e-s, pour le fonctionnement et la gouvernance Différentes types d’actions : > Services individuels entre deux accordeurs (bricolage, transports, garde d’animaux, tourisme local…). > Services collectifs ou ateliers de groupe réguliers ou ponctuels selon les cas (Qi gong, dessin, danse bachata, espagnol, écriture…). Le temps de l’atelier est réparti entre les accordeur-e-s pour rémunérer « l’animateur ». Il y a aussi des sorties culturelles (musées, théâtre…) gratuites car l’association est « Relais du champ social »* (environ 15 sorties/an). *Coopération d’acteurs culturels pour aller à la rencontre des publics éloignés > Services associatifs : il s’agit d’actions d’accordeur-e-s au bénéfice de l’Accorderie (principe phare de son fonctionnement), permanences d’accueil, enregistrement des chèques temps, tenue de stand, participation dans un groupe de travail, cuisine lors d’un événement… Il y a aussi des actions en directions des habitants ouvertes à tous, même non-accordeur-e-s dans le cadre des initiatives Espace de Vie Sociale/ CAF (ex : ateliers d’aide aux devoirs, permanences numériques). Ces activités associatives sont rémunérées en temps par l’Accorderie. > Rencontres conviviales tous les mois, après-midi « café papote », « jeux de société » = activités gratuites pour répondre au besoin de lien social. Public majoritaire: femmes / personnes entre 56 et 75 ans / vivant seules / à la retraite, salariées ou sans emploi. Tout type de niveaux socio-économiques (pas de spécialisation sur un public défavorisé). N.B : En rentrant ses identifiants dans l’Espace Membre de L'accorderie, chaque accordeur-e a accès aux contacts des autres membres (téléphone ou adresse mail) pour convenir directement du RDV pour l’échange de service. Une lettre d’information mensuelle et pour les personnes ne disposant pas d’internet : une lettre d’information et page Facebook

RÉSULTATS ET IMPACTS, QUANTITATIFS ET QUALITATIFS

> Les actions du projet ont contribué à donner de l’impulsion à la vie sociale sur les différents quartiers, rompant avec la solitude et l’isolement de certains publics, notamment âgés, et favorisant la solidarité et l’entraide via les échanges de service locaux, entre accordeurs habitant le même territoire de vie. > Le développement des antennes permet d’accroître le pouvoir d’agir des habitants (mission de l’Accorderie) qui s’emparent des projets et activités de manière de plus en plus autonome. Les accordeurs sont ainsi incités à porter les activités de l’Accorderie, collectivement et localement, et à la représenter auprès des autres acteurs et partenaires locaux. Ils sont encouragés à s’organiser entre eux pour mettre en place les initiatives et résoudre des problèmes au quotidien, avec la coordination et le support des salariées de l’Accorderie. > Les espaces d’action et de rencontre, ouverts à tous, rassemblent un public varié, contribuant ainsi à renforcer la mixité sociale et générationnelle sur ces quartiers prioritaires. > L’agrément Espace de Vie Sociale du local Algérie a permis au projet d’élargir son champ d’action pour la mise en place d’actions sociales à destination des habitants. Ces actions (permanences numériques et aide aux devoirs gratuits ouverts à tous) ont rencontré un vif succès auprès des bénéficiaires. > Ce projet a contribué à ce que les habitants et accordeurs trouvent, via les échanges de services, des solutions pour répondre aux difficultés, besoins et envies de la vie quotidienne sans coût financier, > Ce projet a permis de faire vivre une dynamique inter-associative sur les quartiers prioritaires. Entre 2011 et 2013, le public n’a fait qu’augmenter sur la première Accorderie du 19ème arrondissement (grand succès), puis avec l’ouverture d’autres Accorderies, un rééquilibrage du public s’est opéré sur tout Paris mais aussi sur l’ensemble de l’arrondissement. Il y avait besoin d’antennes dans les quartiers Politique de la Ville et notamment dans le quartier Algérie car concentration des accordeurs sur une partie du 19ème. Sur le quartier Algérie, le local de l’Accorderie n’est pas encore très visible ni aménagé. Des travaux vont avoir lieu prochainement.

ORIGINALITÉ

- Inscription gratuite où la monnaie d’échange est le temps - Encourager la solidarité de proximité entre les habitants d’un même quartier. - La gouvernance par les accordeur-e-s (un CA composé d’accordeur-e-s majoritairement + partenaires)

PARTENARIAT(S)

Partenaires avec les associations structurantes (sur le quartier Algérie : Au cœur de la vie-Biodanza ; Arsmedia ;Ticket d’Entrée ; L’accordâge ; Jeunesse Feu Vert ; sur les autres quartiers : Régie de Quartier du 19ème, Projets 19 ; Danube Palace ; APSAJ ; ATCO ; Fabrication Maison ; Labomatique ) des quartiers sur lesquels ils agissent. Partenariat financier : Principe d’un budget restreint et d’un montant à ne pas dépasser, idée que même s’il y a de plus en plus d’accordeurs présents il n’y aura pas de salariés en plus. Ville de Paris Fondation MACIF Paris Habitat CAF / Espace de vie social État pour les postes d’adultes relais Conférence des financeurs pour la prévention de la perte d’autonomie

RETOUR D’EXPÉRIENCE

Difficultés et/ou obstacles rencontrés pendant la mise en œuvre :

> Toucher un public jeune > Local qui manque de visibilité et très vite bloqué par la crise sanitaire Covid 19. > Renouveler les personnes inscrites car l’investissement dans la durée n’est pas toujours évident. > Toucher les plus fragiles, les personnes qui ont du mal à sortir et se sentir légitimes pour donner des services.

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

Local = travaux sur la façade rendre le lieu plus ouvert et visible.

Améliorations futures possibles :

Jeunes = chercher des relais (faire le tour des associations environnantes, passer par la future résidence Crous couplée avec le CHU). Proposer de nouvelles activités plus attractives pour les jeunes.

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou un essaimage :

>> Monnaie = temps (tous les services ont la même valeur) et gratuité >> Donner / recevoir du temps = notion d’égalité, d’échange et de partage, pas de notion d’assistanat >> Encourager le pouvoir agir qui procure de la joie / reconnaissance dans le regard de l’autre / réalisation personnelle