A Hénin-Beaumont (Nord-Pas-de-Calais), une enseignante a monté un projet intergénérationnel réunissant des lycéens et des retraités. En novembre 2016, ils ont organisé ensemble une Journée de la pomme au cours de laquelle trente-cinq pommiers ont été plantés.

PROGRAMME

Démarrage: Février 2017

Lieu de réalisation: Hénin - Beaumont

ORGANISME(S)

Lycée des métiers Henri-Senez

Hénin-Beaumont - 62110

553 Boulevard Fernand Darchicourt

Site internet

Ou

Partager sur

COMITÉ DE LECTURE

Date de lecture de la fiche

9/11/2022

Localisation

France Hauts-de-France Pas de Calais

Type de structure

Établissement public Établissement scolaire

Envergure du programme

Locale

LOCALISATION
LICENCE

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0

Pour citer un texte publié par RESOLIS:

, « Belles Histoires - La pomme dans tous ses états à Hénin Beaumont », **Journal RESOLIS**

PUBLIÉ DANS LE JOURNAL

ORIGINE ET CONTEXTE

Depuis septembre 2014, Nelly Tafelski, professeure d’économie-gestion au lycée des métiers Henri-Senez à Hénin-Beaumont (Nord-Pas-de-Calais) anime un projet intergénérationnel original. Deux fois par mois, ses élèves de terminale (qui préparent un bac pro gestion-administration) passent un après-midi avec des seniors de l’association Bien vivre ensemble. « Les liens avec les aînés se perdent, explique Nelly Tafelski. Il s’agit de faire prendre conscience aux jeunes de la nécessité de les développer et également de mettre en avant les valeurs de la République ; nos aînés sont des passeurs de mémoire et il est donc important de les associer à l’ouverture socio culturelle des jeunes. » . Des ateliers théâtre, chant, écriture, tricot ont ainsi été organisés ainsi que des sorties, par exemple au bowling, opéra  ou à Paris pour visiter l’Assemblée nationale. Ces activités, qui s’ajoutent à l’emploi du temps des élèves, sont aussi l’occasion de développer des compétences professionnelles et une ouverture à l’autre.

ACTIONS MISES EN OEUVRE

La pomme en vedette

En 2016, l’enseignante a imaginé une action, « La pomme dans tous ses états » qui s’insérait dans une manifestation organisée chaque année par la Région Hauts-de-France, le Festival de l’arbre. Il s’agissait d’organiser au lycée une journée dédiée à la pomme, en partenariat avec Bien vivre ensemble et Les croqueurs de pommes. Cette association se donne, entre autres,  pour mission de sauvegarder les variétés anciennes de pommes, notamment en plantant des arbres. 

Ce sont les élèves qui ont présenté le programme de cette journée à la direction du lycée - qui l’a bien accueilli - et à l’association Bien vivre ensemble. Ils ont ensuite recensé les tâches à accomplir et se les sont réparties, par groupes de quatre ou cinq. Certains ont réalisé des cartons d’invitation et des affiches expliquant les propriétés des pommes. D’autres ont recueilli des recettes auprès des aînés. Le jour J (le 23 novembre 2016), différents ateliers étaient organisés avec les professeurs concernés : sciences, arts plastiques, pâtisserie, généalogie. Des groupes réunissant trois aînés et trois élèves se sont dispatchés dans ces ateliers, puis ont effectué un roulement afin d’expérimenter le maximum d’activités. Dans l’atelier arts plastiques, on a dessiné une pomme et choisi un mot symbolique (respect ou solidarité par exemple) puis accroché le dessin sur le pommier implanté dans le patio du Lycée pour cette occasion. Le professeur de français animait l’atelier généalogie et a montré comment se servir d’Internet pour faire son arbre et trouver ses racines. Les élèves avaient préalablement mené des recherches sur leurs grands-parents et arrière-grands-parents. Des tartes classiques, Tatin ou « grillagées » (avec un grillage en pâte sur le dessus) ont été confectionnées. Les Croqueurs de pommes ont eu beaucoup de succès quand ils ont montré comment presser les fruits puis pasteuriser le jus. Enfin, clou de la journée, les élèves et les seniors ont planté trente-cinq pommiers dans le parc du lycée, rassemblant l’ensemble du personnel présent à cet instant dans l’établissement. Après l’effort, le réconfort, et comme pour fédérer cette belle journée, tout le monde a dégusté les gâteaux et le jus fraîchement pressé.

Rigoler avec les aînés

Quand Nelly Tafelski expose le projet intergénérationnel en début d’année scolaire, elle sent une certaine frilosité dans la salle de classe. « Beaucoup d’entre nous n’ont pas de personnes âgées dans leur famille, explique Shannel. Au début nous avions quelques appréhensions, nous nous demandions ce qu’on allait bien pouvoir leur dire. Finalement cela s’est bien passé, on a bien échangé et bien rigolé avec eux. Pour nous, c’est nouveau. » Même sentiment de Leïla : « Nous, les jeunes on a l’habitude de rester entre nous. Nous avons fait connaissance avec les aînés. Nous leur avons expliqué où nous en étions dans nos études et quels étaient nos projets. Eux nous ont parlé de leur travail, de leur famille, ils ont vécu beaucoup de choses. Nous avons maintenant de bons souvenirs avec eux. C’est une bonne idée. C’est nécessaire. » Prochaine étape : la Journée internationale des droits de la femme en mars…