Logo Un Plus Bio

Un Plus Bio, pour une restauration collective bio, locale, saine et juste

Résumé : Un Plus Bio est une association nationale créée en 2002 pour soutenir le changement de pratiques en restauration collective via notamment l’introduction de produits bio et locaux. Forte d’un réseau diversifié d’adhérents et de partenaires issus de la société civile, du monde de la recherche, de l’entreprise, des collectivités locales, l’association est devenue au fil des années le premier réseau national des cantines bios et œuvre auprès des pouvoirs publics et de la société pour voir se concrétiser plus largement le changement amorcé un peu partout sur les territoires. Ses actions se concentrent sur l’animation du réseau d’adhérents, la formation et la mise en lumière au niveau national des expériences réussies par le biais de différents supports média et de journée d’échanges.

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : 2002
  • Lieu de réalisation : France
  • Budget : 227000 €
  • Origine et spécificités du financement : 1/2 subventions, 1/3 cotisations Adhérents, Reste : prestations de services, formations, ventes

Organisme(s)

Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  17/07/2017
Appréciation(s) du comité : Source d’inspiration !
Solution(s) : Agriculture et alimentation Coordination des actions Santé
Pays :  France, Occitanie
Envergure du programme :  Nationale
Opérateur(s) :  Association, ONG
  • Bénéficiaires :  Professionnels, Enfants de moins de 5 ans, Elèves, étudiants, Adolescents
  • Domaine(s) :  Santé, Environnement, Éducation, Formation, Alimentation

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « Alimentation responsable et durable » (2016)

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Vayrat Stéphane , « Un Plus Bio, pour une restauration collective bio, locale, saine et juste », **Journal RESOLIS** (2017)

Origines et contexte du programme

L’association Un Plus Bio s’est structurée à la suite des premières expériences d’introduction de produits bio en restauration collective dans le département du Gard et au besoin identifié alors de fédérer ces acteurs qui s’engagent, mettre en commun les bonnes pratiques et diffuser au national les actions exemplaires. Malgré les ambitions affichées par le Grenelle de l’environnement, et une demande pour les produits issus de l’agriculture biologique en constante hausse, le pourcentage de produits bio en restauration collective ne décolle toujours pas (moins de 5 %). L’action d’Un Plus Bio est donc plus que jamais nécessaire. Au-delà du bio, c’est aussi la qualité alimentaire dans sa globalité qui est défendue, sous ses aspects de santé, de nutrition, de développement économique des territoires, d’éducation, d’environnement, de gaspillage,… et même si on peut se féliciter que l’intérêt des élus et des citoyens grandit pour une meilleure qualité alimentaire dans les établissements scolaires, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir sur d’autres structures comme les Ehpad, les hôpitaux,… cibles qui commencent à prendre de l’importance à Un Plus Bio. L’association est composée de 6 collèges : particuliers, donateurs (entreprises), associations, professionnels de l’éducation, collectivités et experts dans les domaines qui touchent à l’alimentation. Sans distinction jusqu’en 2013, année de création d’un collège spécifique dédié aux collectivités avec pour objectif de leur donner une place particulière, mettre en valeur la volonté des élus d’échanger et se confronter entre eux.

Objectifs du programme

- Créer des échanges entre acteurs
- Diffuser les bonnes pratiques
- Peser au niveau national sur les pouvoirs publics
Pour rendre l’alimentation biologique accessible à tous, agir sur l’environnement et la santé des convives à travers l’assiette et rétablir des relations équitables entre tous les acteurs de la restauration collective.

Actions mises en oeuvre

1 – FORMATION : Pour appuyer les adhérents mais plus largement tous les acteurs de la restauration collective dans la traduction opérationnelle des changements qu’ils souhaitent, Un Plus Bio a mis en place un catalogue de formation. Il se compose de modules à destination des cuisiniers, mais aussi des élus, chargés de mission, directeurs qui conçoivent ou animent des projets de qualité alimentaire.
2 – COMMUNICATION : Diffusion de contenus d’information par le biais du site internet, de la newsletter, du site Facebook : entretiens d’acteurs, fiches recettes commentées par une diététicienne, fiches techniques, décorticage de sujets d’actualité. Diffusion d’un Magazine papier deux fois par an sur une thématique ciblée qui permet de mettre en avant les actions portées par les adhérents et les mettre en perspective avec des experts.
3 - DIFFUSION D’OUTILS : Publication de « cantines bio, le guide des parents » et du manifeste « quand les cantines se rebellent » à l’occasion de la COP 21 pour inviter la société civile à s’engager.
4 - ORGANISATION D’EVENEMENTS : Tour de France des cantines rebelles pour aller à la rencontre des acteurs et des territoires qui font bouger les lignes et remise des Victoires des cantines rebelles à l’hôtel de Ville de Paris depuis 2016 pour récompenser les initiatives porteuses d’avenir et tirer parti de l’exemplarité comme outil de partage, de réflexion et de diffusion des actions.
5 - VIE ASSOCIATIVE : Organisations d’une assemblée générale, d’un séminaire par an du conseil d’administration et d’une rencontre annuelle entre adhérents.

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- Remise des victoires des cantines rebelles bien relayée dans les médias.
- Diffusion du manifeste des cantines rebelles à plus de 5000 exemplaires et en cours de réédition.
- Edition d’un petit guide à l’attention des parents pour les appuyer dans leurs démarches auprès des élus.
- Un nombre d’adhérents qui grossit depuis 2013 (année de la création du club des territoires). : De 35 à plus de 80 adhérents avec une grande diversité de profils qui permet de nourrir les débats. Des adhérents surtout concentrés dans le sud de la France au départ et qui sont maintenant présents un peu partout sur le territoire national.
- Les résultats se mesurent également par la visibilité des actions conduites par les adhérents.

Originalité du programme

Un Plus Bio est le seul acteur de ce type à regrouper toutes les parties prenantes de la restauration collective et à travailler à la fois sur des aspects de fond, techniques, pour ses adhérents, et sur la communication et le lobbying. La particularité d’Un Plus Bio est aussi de disposer d’un collège d’adhérents spécifiquement dédié aux élus qui travaillent sur la question de la qualité alimentaire, fait assez rare pour être noté.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

FINANCIERS : L’association a noué des relations privilégiées avec certains adhérents qui se traduisent par des conventions de partenariats. L’association a souhaité se soustraire petit à petit de la dépendance à ces conventions et a enclenché une démarche de diversification de ses ressources. Elle a notamment obtenu des financements et des subventions de diverses fondations..
OPERATIONNELS : Ecocert : Participation au comité de pilotage du label « En cuisine » / Ecolo-crèche : Apport d’expertise sur le volet alimentaire. Formation / Programme de recherche Lascaux : participation au comité technique du programme / FNAB et déclinaisons locales : certains groupement d’agriculteurs
PARRAINAGE : Thierry Marx, Cyril Dion, Julie Andrieu, Eric de Kermel, Isabel Otero, Emilie Aubry, etc. dans le cadre des Victoires des cantines rebelles

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- Manque de visibilité à l’échelle nationale et un grand nombre d’acteurs qui se positionnent sur le chantier de la restauration collective.
- Manque de ressources financières pour développer le réseau (notamment sur la communication, beaucoup d’actions ne sont parfois pas visibles, correctement valorisées).

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

- Diversifier les fonds.
- Développer la visibilité.
- Une équipe salariée réduite mais qui permet en contrepartie une très grande réactivité.

Améliorations futures possibles :

- Lancement prochain (novembre 2017) du premier observatoire national de la restauration collective engagée en partenariat avec Ecocert.
- Un volet d’adhérents à faire grandir pour augmenter le poids des propositions du collectif Un plus Bio auprès des pouvoirs publics
- S’attacher l’aide d’experts dans la communication pour se former et gagner en efficacité.

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- L’Implication des adhérents et leur diversité. Ce sont eux qui sont à la base du projet associatif et le font vivre au quotidien dans les actions qu’ils mènent.
- La présidence de l’association assurée par l’adjoint au maire de Mouans-Sartoux. L’exemplarité de cette ville est une vraie vitrine pour l’association et lui permet d’être présente dans de nombreux endroits. Il est important d’avoir de vrais ambassadeurs au sein de l’association.

Références bibliographiques

Guide pratique à l’attention des parents : http://www.unplusbio.org/cantines-bio-telechargez-guide-pratique-parents/ et Le manifeste des cantines rebelles : http://www.unplusbio.org/les-dix-enjeux-du-livre-manifeste/

Partager cette fiche
Télécharger la fiche