Logo Transapi

Transapi, des innovations pédagogiques

Résumé : Transapi est un projet d’innovations pédagogiques pour une école inclusive. Plusieurs projets ont été portés, réalisés et documentés par l’association Transami et sont disponibles en open source sur le site www.transapi.fr pour toute appropriation, réplication par des lycées ou associations.

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : Mars 2013
  • Lieu de réalisation : France
  • Budget : 120000 €
  • Origine et spécificités du financement : Fondations, dons privés, financements publics

Organisme(s)

Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  07/12/2015
Appréciation(s) du comité : Source d’inspiration !
Solution(s) : Education
Pays :  France, Île-de-France
Envergure du programme :  Nationale
Opérateur(s) :  Association, ONG
  • Bénéficiaires :  Elèves, étudiants, Adolescents
  • Domaine(s) :  Éducation, Formation

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « Agissons ensemble contre le décrochage scolaire » (2015)

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Epstein Muriel , « Transapi, des innovations pédagogiques », **Journal RESOLIS** (2015)

Origines et contexte du programme

Passé l’âge de 16 ans, l’instruction n’est plus obligatoire mais la plupart des décrocheurs ont envie d’apprendre, ils cherchent une école autrement (voir par ex le succès des micro-lycées). Le temps moyen de décrochage avant retour (en mission locale, en établissement alternatif ou autre) est en moyenne de 30 mois (sans compter souvent 6 mois d’absentéisme perlé préalable). Avant le décrochage à proprement parler et institutionnalisé, l’élève vit une période d’absentéisme durant laquelle Transapi cherche à prévenir et agir sur le décrochage scolaire sans période de latence.

Objectifs du programme

L’association Transami a été fondée pour faire vivre le projet expérimental Transapi de dedans/dehors de l’école qui avait pour but de remotiver les jeunes avant qu’ils ne décrochent, rendre les jeunes acteurs de leur apprentissage, réduire le temps de latence des 5 mois, impulser de l’entraide et de la solidarité entre les jeunes.

Actions mises en oeuvre

Le projet de Transapi contenait trois axes (il ne continue plus actuellement) :
1/ la prévention en établissement du secondaire par l’impulsion d’autres façons d’apprendre plus collaboratives et inclusives
2/ la mise en place d’un accueil en tiers lieux (cafés, bibliothèques) pour que les jeunes puissent apprendre autrement
3/ recherche et évaluation afin d’apprendre de l’expérimentation.
Le projet qui a le mieux fonctionné est TransiMOOC. Il a consisté à faire faire à des jeunes des cours pour d’autres jeunes, les cours qu’ils auraient aimé avoir pour ne pas décrocher. Il a été réalisé d’abord pour aider les collégiens à obtenir le brevet des collèges puis autour de la médiation culturelle. D’autres actions (construction d’un jeu vidéo d’apprentissage du Français Langue Etrangère, écriture et réalisation d’un court métrage, ateliers médias) ont été menées.

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

En 2 ans, l’association a accompagné environ 400 jeunes sur toute la France, essentiellement en Ile de France et à Toulouse. L’évaluation de tous les projets menés à terme est publiée sur le site de l’association. TransiMOOC a concerné 200 jeunes producteurs la première année et une centaine la seconde. L’atelier Game Jam a touché 17 jeunes et le projet cinéma a rassemblé une classe de 18 élèves. Au total, une trentaine de jeunes ont été accueillis en tiers lieux, et 32 jeunes ont participé aux ateliers médias. Les résultats qualitatifs sont globalement très encourageants, beaucoup d’enseignants plébiscitent les méthodes Transapi.

Originalité du programme

Il s’agissait d’un programme de recherche-action proposant de mettre en œuvre des recherches et de les évaluer, qui n’existait nulle part ailleurs, en particulier pour TransiMOOC, ou la game jam FLE mais également le lieu d’accueil. Le programme reste aisément duplicable et intégrable aux établissements (lycées ou associations). Les chercheurs de l’association sont intéressés à accompagner des enseignants désirant mettre ces programmes en œuvre.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

Partenaires financiers : Conseil Régional Ile de France, Ministère de la culture, Fonds d’expérimentation pour la jeunesse, fondation Orange, fondation LCL, fondation Banque Populaire, fondation MAIF. Le projet a été soutenu par de nombreux partenaires dont Gandi ou SenseSchool, le Groupe SOS, des Missions Locales, missions de lutte contre le décrochage scolaire, etc

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

L'équipe n'a pas réussi à internaliser le projet en interne à l’Education Nationale comme cela était souhaité dès l’origine par les fondateurs. Le projet, porté par des enseignants, n’a pu être pérennisé sous une forme associative.

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

L'équipe a voulu montrer, en dehors de l’Education Nationale, que ce projet était réaliste et l'a fait suivre par un comité de pilotage et évaluer par un cabinet de conseil indépendant. Les autres expériences similaires montrent que l’Education Nationale pérennise parfois des projets qui ont fait leur preuve. Il aurait fallu poursuivre encore 2 ou 3 ans.

Améliorations futures possibles :

Il est envisageable que certains lycées ou certaines associations se réapproprient et transforment certaines parties du projet en tirant parti de cette expérience.

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

Ce qui permet de réussir les différents projets sont : la mixité sociale et scolaire des intervenants (ne pas regrouper des décrocheurs, proposer des lieux d’action « tiers », etc), le travail avec les enseignants en équipe, l’importance de la solidarité et de l’entraide entre les jeunes et de proposer un projet qui a du sens.

Idée de sujet(s) de recherche fondamentale ou appliquée, utile(s) pour le présent programme :

Des travaux de recherche étaient intégrés au projet et en font probablement partie. Il est utile d’évaluer les projets et de s’allier les compétences et le regard de chercheurs ou de personnes extérieures à l’association pouvant y aider.

Références bibliographiques

Cf la partie « recherche » du site et sa bibliographie
L’essentiel du projet repose sur les recherches de thèse: Epstein M. « Parcours scolaire et trajectoires non conformes, quelle part pour l’effet-établissement ? : Une étude de parcours jeunes de 16 à 25 ans dans des établissements traditionnels et alternatifs » Thèse soutenue à Paris X Nanterre, le 22 septembre 2011.

Partager cette fiche
Télécharger la fiche