Logo Phenix

PHENIX : Donner une seconde vie aux produits

Résumé : Forte de la conviction selon laquelle "nos déchets sont la matière première du 21ème siècle", l'équipe PHENIX réveille le potentiel des déchets et leur offre une seconde vie. Ainsi, PHENIX aide les professionnels à réduire leur gaspillage en mettant en place des circuits d'économie circulaire en B2B : don alimentaire associatif, d'alimentation animale, d'upcycling, méthanisation...

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : 27 mars 2014
  • Lieu de réalisation : Toute la France
  • Budget : N/C
  • Origine et spécificités du financement : Levées de fonds

Organisme(s)

Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  01/07/2017
Appréciation(s) du comité : A généraliser ! Impacts élevés !
Solution(s) : Agriculture et alimentation Coordination des actions Economie solidaire Environnement
Pays :  France, Île-de-France
Envergure du programme :  Nationale
Opérateur(s) :  Entreprise
  • Bénéficiaires :  Universel
  • Domaine(s) :  Aide alimentaire

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « Alimentation responsable et durable »

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Perrin Léonore , « PHENIX : Donner une seconde vie aux produits », **Journal RESOLIS** (2017)

Origines et contexte du programme

Les deux fondateurs de PHENIX, Jean Moreau et Baptiste Corval, ont monté PHENIX suite au constat de la triple problématique du gaspillage alimentaire : environnementale avec un tiers de la production alimentaire jetée tous les ans, sociale avec des associations d’aide alimentaire recevant de moins en moins de subventions pour une demande pourtant croissante des populations en situation de précarité alimentaire, et économique avec toute la perte sèche engendrée et les coûts de destruction induits (en moyenne 150 euros de coûts de destruction par tonne de déchet). PHENIX intervient alors pour proposer une solution via l’économie circulaire.

Objectifs du programme

- Réduire au maximum le gaspillage, qu’il soit alimentaire ou non-alimentaire et au-delà, de transformer ces derniers en ressources.
- Étendre les compétences de PHENIX à tous les secteurs et types d’entreprises produisant tous types de déchets (supermarchés mais aussi bureaux, acteurs de l’évènementiel, grossistes, restauration collective etc.).

Actions mises en oeuvre

- Revalorisation par la transformation de la production agricole déclassée pour des raisons purement esthétiques pour la marque « Gueules Cassées ».
- Accompagnement logistique et administratif afin de permettre la récupération des dons pour les associations d’aide alimentaire : Les supermarchés reçoivent l’équivalent en défiscalisation à hauteur de 60% de la valeur des dons et il faut pour cela aider à ce que les pièces administratives soient en ordre et bien complétées. En plus de cela, il est nécessaire d’accompagner les magasins dans la définition de plannings, de zones de dons, d’aspects logistiques, législatifs, etc. Beaucoup de terrains et de contacts effectués par les employés de PHENIX auprès des magasins.
- Réorientation des déchets alimentaires impropres à la consommation humaine vers l’alimentation animale (fermes pédagogiques, louvetiers…).
- Création d’une plateforme/marketplace B2B d’invendus : Les clients de PHENIX peuvent mettre à disposition de manière ponctuelle du matériel destiné à être jeté. Les associations peuvent y avoir accès avec une priorité donnée aux associations d’intérêt général et une possibilité d’y accéder pour d’autres types d’acteurs (collectifs artistiques par ex).
- Des actions de récupération plus spécifiques, au cas par cas grâce au réseau noué par PHENIX

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- Depuis mars 2014, plus de : 4 500 000 kilos de produits alimentaires revalorisés, 6 000 000 équivalent repas créés et 900 000 kg de matériel revalorisé avec en moyenne : 22 000 kg d’aliments sauvés de la poubelle par jour soit l’équivalent de 30 000 repas (1 repas = 750 gr).
- 55 emplois créés (70 en comptant les contrats de stage, alternance et VIE)
- 60 000 kilos équivalent C02 évités/jour grâce à la revalorisation (calcul méthodologie PHENIX)
- 18 antennes en France, 3 à l’étranger (Madrid, Lisbonne, Copenhague).
- Deux levées de fonds réussies par deux fois en 2015 pour un total de plus de deux millions d’euros.

Originalité du programme

PHENIX intègre définitivement la valeur du produit en fin de vie dans la chaîne de valeur du produit et renouvelle complètement la notion de déchet dans le process des organisations. Alors que la grande distribution est souvent présentée comme l’archétype du gâchis, ce partenariat avec PHENIX permet de réduire le gaspillage au sein des hypermarchés de manière durable et structurée, tout en fédérant des acteurs aux cultures différentes autour de la même cause.

L’innovation est aussi technologique. La plateforme d’invendus de PHENIX permet d’intégrer toutes les filières de revalorisation des produits en un seul outil et de connecter en temps réel les ‘émetteurs’ et les ‘récepteurs’.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

PHENIX a pris part à plusieurs programmes d’accompagnement et d’accélération :
- MOOVJEE, pour les jeunes entrepreneurs
- Programme Scale-Up, organisé par l’incubateurs de projets d’entrepreneuriat social Antropia, de l’ESSEC, qui a coaché PHENIX dans leur changement d’échelle
- SmartFoodParis, de Paris&Co, co-créé par la Mairie de Paris et les principaux acteurs de la Food
- PHENIX est membre actif de fédérations sectorielles thématiques comme Convergences, L’Institut de l’Economie Circulaire ou le mouvement ZeroWasteFrance.
- Investisseurs : Square IT Recycling, Starquest, Comptoir de l'Innovation Investissement, Aviva Impact Investing France, High Co, Cap Développement
- 500 magasins
- 450 associations partenaires : des plus grandes comme Les Restaurants Du Cœur ou le Secours Populaire jusqu’aux plus petites associations sans moyens logistiques.

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- La difficulté à structurer l’action rigoureusement dans un contexte de « mode » autour du sujet.
- Gérer correctement les ressources humaines : être exigeant avec le recrutement ce qui, du fait de la nouveauté des postes, demande beaucoup de pédagogie auprès des employés.
- La lourdeur des processus administratif et la découverte de l’environnement législatif : étant donné que PHENIX est l’un des premiers à faire ça, il faut s’approprier la nouveauté et élaborer de nouveaux outils de travail.

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

- Développer des outils pour permettre le meilleur développement possible de la plateforme numérique.
- Développer l’équipe dédiée aux ressources humaines.
- Développer les compétences de formation aux nouveaux métiers de PHENIX.

Améliorations futures possibles :

Développer la marketplace comme un véritable outil de suivi afin de mieux visualiser l’impact de l’action de PHENIX, les types de produits recyclés ou récupérés et ce afin de développer les capacités de reporting et d’aide à la gestion des acteurs pour viser une diminution toujours plus efficace des déchets.

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- Un cadre législatif favorable et pionnier avec la loi sur le gaspillage alimentaire de février 2016 dite « loi Garot ».
- Un contexte médiatique favorable avec un sujet au goût du jour.
- Les deux fondateurs avaient déjà montés une première entreprise deux ans plus tôt en 2012, et avaient donc déjà une bonne connaissance du marché et de ses difficultés. Cela leur a permis d’acquérir le savoir-faire nécessaire et d’apprendre de leurs erreurs, d’où le nom PHENIX qui revêt un sens d’autant plus fort.

Idée de sujet(s) de recherche fondamentale ou appliquée, utile(s) pour le présent programme :

Projet en interne de recherche, d’exploration et création de toutes les filières de revalorisation possible pour aller au-delà du don : le PHENIX Lab, le laboratoire des projets antigaspi. Cet incubateur réunit les acteurs de l’Upcycling, soit le fait de transformer un objet pour lui donner une valeur supérieure (Ex : transformer d'anciennes voiles en poufs, « Les couleurs d’ Hadoinie » : peintures à base de colorants alimentaires).

Partager cette fiche
Télécharger la fiche