Logo OpenFood France

OpenFood France : une plateforme open source au service des circuits-courts alimentaires

Résumé : Né en 2015, OpenFood France est la version française de OpenFood Network, une plateforme numérique qui permet de relier des gens qui produisent des aliments avec des mangeurs/restaurateurs qui vont les acheter au travers de réseaux de distribution transparents et en circuits-courts dits « hubs alimentaires », dans le respect des producteurs, des produits et des consommateurs.

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : Juin 2015
  • Lieu de réalisation : Paris
  • Budget : N/C
  • Origine et spécificités du financement : Temps humain/bénévolat

Organisme(s)

Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  04/04/2017
Appréciation(s) du comité : Innovant ! Programme récent - doit faire ses preuves
Solution(s) : Agriculture et alimentation Coordination des actions Démocratie et bonne gouvernance Environnement
Pays :  France, Île-de-France
Envergure du programme :  Nationale, Locale, Internationale
Opérateur(s) :  Mouvement citoyen, Association, ONG
  • Bénéficiaires :  Universel
  • Domaine(s) :  Gouvernance, Environnement, Coopération, Alimentation

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « Alimentation responsable et durable »

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Bouré Myriam , « OpenFood France : une plateforme open source au service des circuits-courts alimentaires », **Journal RESOLIS** (2017)

Origines et contexte du programme

Dans l’esprit du coopérativisme de plateforme, le projet est piloté par les bénéficiaires eux-mêmes, qui gèrent ensemble l’outil qui leur permet d’opérer leur activité au quotidien (gestion de catalogues produits, de boutiques en lignes, etc.).Le projet s’ancre autour de la notion de communs et de la volonté de contribuer à l’amélioration des systèmes alimentaires sur les plans économiques, sociaux et environnementaux. Né en 2012 en Australie avec le soutien d’institutions locales, la première version bêta sort en 2014 et commence à être utilisée à l’international. Myriam Bouré découvre le concept depuis la Norvège en 2014 et co-initie OpenFood France avec ses collaborateurs en 2015.

Objectifs du programme

L’objectif principal est de créer des outils et fédérer une communauté pour faciliter la gestion de hubs alimentaires (= opérateurs de circuits courts / directs) et leur essaimage (exemple : une AMAP est un type possible de hub). L’outil doit s’adapter aux différents types de hubs et soutenir l’innovation sociale, l’invention de nouveaux modèles, comme des groupements d’achats type Micromarché à Nantes. OpenFood France est une marketplace : un outil qui permet de gérer et créer des boutiques virtuelles proposant des produits issus des catalogues producteurs référencés sur la plateforme. La logistique et les modalités de livraison et de paiement sont déterminées par le hub.

Actions mises en oeuvre

- Mettre en place, maintenir et faire évoluer la plateforme en fonction des besoins des hubs.
- Animer la communauté des hubs alimentaires : partage de bonnes pratiques, documentation et essaimage des modèles qui marchent, accompagnement au choix du modèle de hub adapté au porteur de projet
- Recherche et développement de synergie avec d’autres acteurs (partenariats, notamment sur la partie essaimage).
- Participation à des tables rondes, conférences, rassemblements (Alternatiba, journée du labo de l’ESS...)
- Actions de plaidoyer menées auprès des institutions publiques et des acteurs privés
- Communication autour des communs.

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- Sur la plateforme : environ 41 hubs (quelques-uns sont en phase test), 710 acheteurs, 105 producteurs référencés, 3400 commandes passées depuis la création durant la phase de béta-test.
- L’utilisation de la plateforme par des collectifs reconnus (ex : micromarché à Nantes).

Originalité du programme

Plateforme ancrée à 100% dans la logique des communs, dans l’économie collaborative, tout est basé sur l’open source et la co-construction. Il est ainsi possible de contribuer directement à l’évolution d’OpenFood France ou de s’inspirer de modèles de hubs existants, les hacker, pour mettre en place d’autres modèles. Le financement est basé sur l’économie du don (crowdfunding notamment). La gouvernance est collaborative et démocratique à tous les niveaux. Il n’y a ainsi pas d’organisation au niveau global centralisant les partenariats et les prises de décisions. Au niveau français, la gouvernance se fait de manière participative et « agile » grâce à une assemblée générale permanente (à l’aide de l’outil web Loomio).

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

- Chaque acteur de la plate-forme est considéré comme un partenaire, co-constructeur du projet.
- Discussion en cours avec des acteurs des territoires pour accompagner la digitalisation sur les questions alimentaires.
- Discussions en cours pour partenariats avec des acteurs travaillant sur des problématiques similaires.

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- Le manque de fonds d’amorçage.
- Peu de moyens financiers mais aussi humains pour le moment, ce qui ralentit les améliorations voulues.
- La difficulté à communiquer sur le sujet des infrastructures numériques induisant parfois une confusion des interlocuteurs.
- Le foisonnement d’outils numériques à l’heure actuelle avec une difficulté pour se repérer dans cette « jungle numérique ».

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

- Développement en cours de partenariats avec des fondations et des entreprises pour mettre en place des fonds d’amorçage.
- Projet de coopération entre les acteurs numériques pour travailler à l’interopérabilité des plateformes afin de simplifier la vie des producteurs et utilisateurs (datafoodconsortium.org)

Améliorations futures possibles :

- Trouver de nouvelles compétences bénévoles (en développement Ruby (un langage de programmation libre) et communication notamment).
- Financer du personnel pour aider à développer la partie communication et la création de nouveaux outils d’animation de communauté.
- Travailler sur l’interopérabilité : càd laisser la liberté à chaque acteur de choisir sa plateforme et faciliter les liens et les partenariats avec d’autres plateformes.
- Améliorer les fonctionnalités offertes par la plateforme.
- Développer la partie communauté pour favoriser le partage, l’essaimage, et la connaissance des modèles de hubs alimentaires.

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- Le facteur principal de réussite et d’extension du programme sera la capacité à rassembler une communauté forte et variée autour de ces modèles de hubs alimentaires. Il est également intéressant d’impliquer réellement les hubs utilisateurs de la plateforme dans la gestion partagée de leur commun.
- L’essaimage et le soutien à l’émergence d’une multitude de hubs alimentaires en tout lieu dépendra principalement de la capacité à nouer des partenariats pertinents.

Idée de sujet(s) de recherche fondamentale ou appliquée, utile(s) pour le présent programme :

- Travailler sur la nature, les modes opératoires, le modèle logistique et économique des hubs, mesurer leurs impacts environnementaux, sociaux et économiques.
- Travailler sur l’interopérabilité des plateformes et outils de gestion, et comment cette dernière peut permettre le changement d’échelle des circuits courts notamment grâce à des gains d’efficacité en matière logistique et grâce à la simplification des opérations quotidiennes pour les producteurs et hubs alimentaires.

Références bibliographiques

- Bouré, M. « La troisième révolution alimentaire : vers un âge agro-communautaire » OuiShare Magazine (2016)
- Bouré, M. « Système alimentaire 3.0 : les voies de la disruption » OuiShare Magazine (2016)
- Issac, H. et Pouyat, M. « Les défis de l’agriculture numérique dans une société connectée » Renaissance numérique (2015)
- Mao, B. « Le siècle des communs » Usbek et Rica (2015).

Pour en savoir plus

Vidéos:
- Vidéo de présentation lors d’un pechakucha (déc. 2016) : http://www.pechakucha.org/cities/paris/presentations/be-the-food-you-want-to-share-2
- Presentation de la 3ème révolution alimentaire à Sharing Lille (2016) par Myriam Bouré : https://www.youtube.com/watch?v=UofpfmhkNYg

Articles de presse :
- Article Cresol jan. 2016 : http://www.blog.cresol.fr/2016/01/18/openfoodnetwork-outil-dachat-groupe-libre-et-ouvert/
- Article WeDemain fev. 2016 : https://www.wedemain.fr/m/Creer-votre-propre-reseau-d-alimentation-locale-C-est-facile-grace-a-cette-plateforme_a1684.html
- Article Julien Cantoni (P2P Foundation) sur les plateformes coopératives mentionnant Open Food France : https://medium.com/@cantonijulien/le-platform-cooperativism-pour-faire-%C3%A9merger-une-%C3%A9conomie-collaborative-sociale-solidaire-et-fcb1f2c4e7be
- Article sur l’utilisation d’Open Food France par une AMAP : https://drive.google.com/file/d/0B3GsHwX6kYguQ0wzbE5WZHhGUjA/view
- Article sur Open Food France dans Without Model : http://www.withoutmodel.com/juliencantoni/open-food-network-une-nouvelle-infrastructure-de-distribution-alimentaire/
- Interview de Myriam Bouré sur Open Food France par Mediatico : http://www.mediatico.fr/video/open-food-france-disrupter-grande-distribution-alimentaire/
- Article plus général sur Open Food Network par Shareable au moment du lancement en Australie en 2014 : http://www.shareable.net/blog/the-open-food-foundation-free-software-for-better-food-systems

Livre blanc Open Food France :
- https://drive.google.com/open?id=0B_HDFsX1e_2VX2lxTnpDQmF5bFE


Partager cette fiche
Télécharger la fiche