Logo EARL Ferme d’Haravilliers

Méthanisation à la ferme : un projet d’élevage durable et respectueux de l’environnement dans le Val d’Oise

Résumé : La ferme familiale d’Haravilliers a pour projet de produire des énergies renouvelables en valorisant les effluents de son élevage laitier et des déchets de proximité. La méthanisation de ces déchets permettrait en effet d’améliorer le bilan énergétique de l’exploitation tout en améliorant sa situation économique et en créant du lien entre l’activité agricole et le territoire.

lauréat Candidat au Prix des Femmes Marjolaine 2015

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : 2003
  • Lieu de réalisation : Haravilliers (95)
  • Budget : 1400000 €
  • Origine et spécificités du financement : Prêt bancaire, Etat, Région Ile-de-France, ADEME

Organisme(s)

Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  22/01/2016
Solution(s) : Agriculture et alimentation Environnement
Pays :  France, Île-de-France
Envergure du programme :  Locale
Opérateur(s) :  Entreprise
  • Bénéficiaires :  Universel
  • Domaine(s) :  Environnement, Changement climatique, Alimentation, Agriculture

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « Prix des Femmes Marjolaine » (2015)

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Ferry Pascale , « Méthanisation à la ferme : un projet d’élevage durable et respectueux de l’environnement dans le Val d’Oise », **Journal RESOLIS** (2016)

Origines et contexte du programme

En 1997, au cours d’un stage en Inde du Sud dans le cadre de ses études d’ingénieur-agronome, Pascale Ferry a découvert le fonctionnement d’un micro-méthaniseur alimentant une simple gazinière. Elle a alors décidé de valoriser de la même manière les effluents d’élevage de sa ferme familiale pour produire des énergies renouvelables. La motivation initiale du projet était donc environnementale mais les bénéfices économiques ont pris de l’importance avec la dégradation de la rentabilité de l’activité de polyculture-élevage de la ferme.

Objectifs du programme

- Accroître l’autonomie énergétique de l’exploitation (séchage de fourrages, eau chaude pour l’atelier lait…)
- Mieux valoriser les effluents d’élevage et réduire les approvisionnements en engrais
- Établir un lien entre agriculture, collectivités, entreprises de la région et public
- Diminuer les émissions de gaz à effet de serre et les nuisances olfactives liées aux effluents d’élevage
- Sécuriser et diversifier les revenus de l’exploitation : vente d’électricité et de chaleur + perception de redevances pour le traitement de co-substrats

Actions mises en oeuvre

En l’attente de financements permettant de mener à bien les travaux :
- Réalisation d’études de faisabilité de l’unité de méthanisation (+ constructeur retenu)
- Lancement de la communication sur le projet pour obtenir un accueil favorable du public et des riverains
- Instruction à venir des dossiers à remplir : autorisation nécessaire pour construire une installation classée pour la protection de l’environnement (ICPE) + avis de l’Architecte des Bâtiments de France

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

Résultats attendus après construction de l’unité de méthanisation :
- Impact positif sur l’environnement (diminution des émissions de gaz à effet de serre, économie d’engrais chimiques)
- Amélioration des résultats économiques de la ferme
- Diminution de la facture énergétique pour la municipalité (achat de la chaleur en remplacement du fuel)
- Meilleure image de l’agriculture véhiculée par une ferme innovante qui communique sur son mode de fonctionnement moderne et souhaite minimiser son impact environnemental

Originalité du programme

- Elevage laitier dans le Val d’Oise (seules 5 fermes pratiquent encore cette activité)
- Première unité de méthanisation du département qui assure :
* Un lien avec le territoire : fourniture de chaleur aux bâtiments communaux (école, centre de loisirs, mairie) + mobilisation de co-substrats locaux
* Une ouverture au public qui sera enrichie d’un volet pédagogique dédié à l’installation de production d’énergies renouvelables
* Un portage féminin

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

- Association SOLAGRO a mené des études depuis 2003 et reste active dans le projet depuis
- Parc Naturel du Vexin français : financement des nombreuses études nécessaires au projet + facilitateur auprès des administrations en charge de l’instruction des dossiers + appui dans la communication
- L’Etat, la Région Ile de France et l’ADEME : soutien financier
- La commune d’Haravilliers : cliente pour une partie de la chaleur.

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- Trouver une source de fourniture de co-substrats extérieurs
- Obtenir les financements nécessaires à l’investissement : apparition tardive des appels à projets pour financer ce type d’installation, inadaptation du fond chaleur pour un petit réseau en milieu rural
- Convaincre les élus d’Haravilliers d’accepter un raccordement au réseau de chaleur
- Gérer les exigences des services instructeurs du dossier + obtention d’un prêt bancaire dans une conjoncture économique difficile pour la production laitière

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

- Insistance et motivation : conserver son optimisme, aller de l’avant et communiquer de manière transparente

Améliorations futures possibles :

- Monter un atelier solidaire transformation laitière en utilisant la méthanisation en partenariat avec un établissement de service d’aide par le travail (ESAT) : permettrait la production de produits écologiques, solidaires, équitables et participant à la viabilité économique de l’élevage

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- Nécessité de savoir s’entourer et de faire preuve d’enthousiasme, avoir foi dans le projet
- Être prêt à faire face aux obstacles administratifs : dossiers parfois très lourds, longueur des délais d’instruction, exigence des autorités françaises

Partager cette fiche
Télécharger la fiche