Logo Fondation Josefa

Maison Josefa

Résumé : La Fondation Josefa veut favoriser, par le logement, au sein de la Maison Josefa, un "vivre ensemble" éthique et durable, selon les opportunités économiques, sociales et sociétales qu'offrent la migration des personnes réfugiées et l'hospitalité de la Belgique et de l’Europe à leur égard.

Partager cette fiche

Programme

Organisme(s)

Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  20/10/2014
Appréciation(s) du comité : A généraliser !
Solution(s) : Exclusion et isolement Logement
Pays :  Belgique
Envergure du programme :  Locale
Opérateur(s) :  Fondation
  • Bénéficiaires :  Population urbaine, Immigrés, Entreprise
  • Domaine(s) :  Religion, Migrations, Logement, Coopération

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Granjon Gilbert , « Maison Josefa », **Journal RESOLIS** (2014)

Origines et contexte du programme

Aujourd’hui, en Europe, suite au renforcement des lois sur la migration et aux crises sociales multiformes, la situation des migrants est souvent précaire et la cohabitation, parfois difficile. La crise du logement et le nombre significatif de personnes condamnées à vivre « sans toit » sont un signe de cette aggravation. Par la création de la Maison Josefa, espace de vie au centre de Bruxelles, la Fondation Josefa veut relever, à sa mesure, avec d’autres volontés agissantes, partenaires sociaux et économiques, le défi d’accueillir, héberger et accompagner des personnes réfugiées décidées à vivre au sein de la société belge ou plus largement de la "société européenne".
La Fondation Josefa est convaincue que la personne réfugiée est porteuse de richesses et qu’ensemble, les uns avec les autres, nous pouvons devenir, tous, bénéficiaires du renouvellement de notre regard.

Objectifs du programme

En offrant un espace d’habitation à des personnes réfugiées et à d’autres non rendues vulnérables par une migration forcée, la Maison Josefa veut contribuer à une co-insertion socio-économique, éthique et durable, ainsi qu’au « développement intégral » de la personne humaine, dans toutes ses dimensions (physique, psychologique et spirituelle) et dans le respect des convictions de chacun. Sous le signe d’une hospitalité réciproque, des personnes réfugiées cohabiteront avec d’autres résidents, selon une modalité de vie respectueuse de la dignité de chacun, mais aussi dans l’échange des richesses comme des vulnérabilités respectives.
La Maison Josefa sera un bel habitat, durable et convivial, situé au sein d’une commune bruxelloise dont l’environnement favorisera l’accueil des bénéficiaires, directs et indirects, sans nuire à la qualité de vie des communautés en présence.

Actions mises en oeuvre

- Aménagement de la Maison Josefa de belle facture architecturale (sur base des biens immobiliers présents à la Fondation Josefa), respectueux des normes environnementales et énergétiques ;
- Accueil de personnes réfugiées récemment statutaires, de personnes réinstallées et d’autres résidents non affectés par une migration forcée ;
- Leur hébergement au sein de la Maison Josefa (2500 m2 au cœur de Bruxelles) ;
- Leur accompagnement, avec des partenaires, dans le cadre de leur insertion socio-économique (formation, emploi, logement) et citoyenne ;
- Réflexion en matière de migration, de logement et d’insertion, au sein du pôle de recherche de la Fondation Josefa.

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

OBJECTIF 1 : Accueillir des personnes réfugiées (avec d’autres résidents au sein de la Maison Josefa)
Résultats escomptés : 35 personnes accueillies la 1ère année ; 70 ensuite.
- Indicateur Objectivement Vérifiable : Capacité d'hébergement pour 35 réfugiés et 15 autres résidents.
OBJECTIF 2 : Héberger ces personnes
- Résultats : 5 personnes réfugiées attestent que leur hébergement favorise leur insertion. Dès la 2ème année, 2 personnes/mois sont en capacité d’affirmer que l’hébergement est un facteur d’insertion.
- IOV : Etablissement d’un contrat avec chaque personne hébergée.
OBJECTIF 3 : Accompagner ces personnes réfugiées dans leur insertion
- Résultats : 1 personne sur 5 justifie de la réussite de l’accompagnement, par une insertion durable. 5 personnes (la 1ère année) sont inscrites dans le champ d’une réussite. 24 les années suivantes.
- IOV : Justificatifs des démarches engagées pour 1 personne sur 2. Un bénéficiaire inséré sur 10 offre ses services à la Maison Josefa pour accompagner de nouvelles personnes.

Originalité du programme

La Fondation Josefa participe pleinement à un chemin de co-insertion entre personnes résidentes de la Maison Josefa avec un accent sur le développement intégral. Mais, au-delà des compétences mobilisées, de la motivation de l’équipe-projet et de la transparence des fonds récoltés, l’originalité du programme Josefa est en soi son fondement éthique qui se manifeste surtout dans l’implication de tous, bénéficiaires comme contributeurs, partenaires sociaux comme financiers, pour construire un “vivre ensemble” pacifié, en invitant à un changement de notre regard, des uns envers les autres.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

Des relations sont actives avec UNHCR, IOM, Caritas, JRS, Carmel SJ, Banque Degroof, BNPParibasFortis, et avec des experts (Jacques Defourny, Christian Lasserre, Ernst&Young, PwC, Russel Reynolds Associates…). Des conventions sont en place avec certains des acteurs précités dont Carmel SJ et PwC. Des relations sont également effectives avec des organisations interculturelles (CBAI) et avec des pôles académiques (ULg, UCL, ULB). Enfin, au sens de servir l'intérêt général, la Fondation Josefa construit un partenariat avec des entreprises sensibles aux enjeux de l'insertion économique des personnes réfugiées (Manpower, Electrabel, Delhaize...).

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- Contingences « mondaines » qui demandent un résultat quasiment à « n’importe quel prix » et au plus vite : « le migrant réfugié devrait s’être intégré avant même son arrivée dans son pays hôte ! ».
- Obstacles certes matériels, financiers, mais aussi d’ordre « politique » : la migration étant généralement l’affaire d’autrui et vue comme « problème » davantage que comme « opportunité ». Les difficultés sont donc avant tout de l’ordre de la communication, du langage et de la préservation de l’esprit, au cœur même de la proposition Josefa.

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

- Demeurer en phase avec le document cadre de référence, les business modèle et plan construits, et autres documents permettant de maintenir la valeur ajoutée éthique et la défense de l’intérêt général voulues par la Fondation Josefa.
- Privilégier les structures de gouvernance en place comme espaces de dialogue pour tenter d’appréhender au mieux l’histoire de Josefa et les ajustements nécessaires pour l’avenir.

Améliorations futures possibles :

La Fondation Josefa demeure cependant en quête de développement de ses capacités institutionnelles et de renforcement de ses axes opérationnels. Dès lors, des appuis en termes de « relecture » et d’accompagnement prenant en compte les dimensions tangibles et « intangibles » de Josefa seraient bienvenus. Certes, la Fondation Josefa bénéficie de l’appui de réseaux dont elle est membre (Kauri, Réseau Belge de Fondations) et de services externes (Saw-B) en matière sociétale et d’économie solidaire, mais il serait bien que Josefa puisse recueillir les conseils d’organisations porteuses d’une vision non pas « verticale » (le plus fort aidant le plus faible), mais « transversale » à la mesure de ce que défend la Fondation Josefa : tous migrants, nous partageons, à des degrés divers, des vulnérabilités, relatives à nos migrations libres ou contraintes, qui sont sources d’opportunités et d’enrichissements.

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

La volonté de duplicabilité de la proposition Josefa est constitutive de Josefa. C’est pourquoi, nous prenons le temps de cheminer pour construire la Maison Josefa ; chaque étape est essentielle. Il y a sans doute déjà-là une clé de réussite. La généralisation du projet viendra du changement de regard des organisations et des personnes sur les migrations et sur les attitudes migratoires. Par ailleurs, il est bon de retenir une forme de vigilance, de remise en question face au risque d’acquérir trop vite des certitudes, surtout en proximité de personnes réfugiées qui ont souvent « tout perdu » (leur famille, leur terre, leurs biens).

Idée de sujet(s) de recherche fondamentale ou appliquée, utile(s) pour le présent programme :

La Fondation Josefa a inscrit dans ses statuts un pôle de recherche sur les enjeux de la migration (la contribution de personnes réfugiées pour repenser l’économie).
Par ailleurs, nous débutons, avec le concours d’un chercheur, une réflexion sur la place du langage dans les relations bouleversées par les migrations forcées (identité, mémoire et opportunités d’une non connaissance active d’une langue comme facteur de liens entre personnes migrantes).
Enfin, outre la question de la mesure de l’impact (qualitatif) d’un processus comme celui porté par Josefa, nous avons des contacts pour tenter de mettre sur pied une recherche relative à l’enjeu économique qu’est (ou non) la prise en compte de la part convictionnelle que porte un migrant forcé.

Pour en savoir plus

Partager cette fiche
Télécharger la fiche