Logo ATD Quart Monde

Lutter contre la pauvreté et pour l'accès aux soins: exemple d'un fonds de solidarité mis en place à Port-au-Prince par ATD Quart Monde

Résumé : Les ONG française « ATD-Quart Monde » et haïtienne « Service Œcuménique d’Entraide » ont élaboré un système de fonds de solidarité. Cette initiative multi-financée a permis à des familles démunies de Port-au-Prince de bénéficier d’un circuit de soins en dépit du coût élevé des services de santé.

Partager cette fiche

Programme

Organisme(s)

Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  15/04/2014
Appréciation(s) du comité : Impacts élevés ! Innovant !
Solution(s) : Santé
Pays :  Haïti
Envergure du programme :  Locale
Opérateur(s) :  Association, ONG
  • Bénéficiaires :  Bottom Of the Pyramid (BOP)
  • Domaine(s) :  Santé, Droits fondamentaux, Budget

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : De Muylder Régis , « Lutter contre la pauvreté et pour l'accès aux soins: exemple d'un fonds de solidarité mis en place à Port-au-Prince par ATD Quart Monde », **Journal RESOLIS** (2014)

Origines et contexte du programme

Le secteur public de santé en Haïti repose sur un système de partage direct des coûts pour financer les frais de fonctionnement (hors salaires) des structures de santé. La contribution des usagers à chaque acte, servant à garantir une offre minimale de services, constitue un obstacle majeur à l’accès aux soins (manque de ressources et appauvrissement lors de frais de santé inattendus ou importants). Le quartier de Haut Martissant est une zone très pauvre de Port-au-Prince touchée par des actes de violence entre 2000 et 2009.

Objectifs du programme

De 1993 à 2010, l’objectif était d’améliorer les conditions de vie de la communauté (accès à la santé, à l’éducation et à une activité rémunératrice). En santé, l’élaboration d’un fonds de solidarité a permis à des familles très démunies d’avoir accès à un circuit de soins (14 US$ par personne couverte et par an). Suite à une évaluation interne (2011), les objectifs se sont précisés :
- Garantir l’accès et la continuité des soins à une population très pauvre
- Contribuer au développement communautaire
- Apporter une attention particulière aux jeunes enfants
- Entrer en dialogue avec des acteurs de la politique de santé dans le pays

Actions mises en oeuvre

- 1993: ouverture du Centre de Santé Saint-Michel (CSSM), par ATD Quart Monde et le Service Œcuménique d’Entraide
- A partir de 2011 : système d’abonnement unique; clarification des critères déterminant les bénéficiaires ; élargissement des actes de santé pris en charge ; réduction des prix voire gratuité accentuée ; collaboration avec d’autres centres pour les actes ne pouvant être réalisés au CSSM ; groupes de réflexion avec les bénéficiaires ; renforcement des moyens matériels, financiers et humains.

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- 2000 : 268 familles bénéficient de l’abonnement, soit 1474 individus dont 229 enfants de moins de 5 ans
- 2010 : le système de protection de santé touchait 1849 personnes dont 231 enfants de moins de 5 ans
- Fin 2012, suite aux modifications apportées : 707 abonnements octroyés, soit 2932 personnes, dont 577 enfants de moins de 5 ans.
- 70 % des familles bénéficiaires du système consultent dans le circuit proposé par celui-ci.

Originalité du programme

S’ajustant aux réalités vécues par les bénéficiaires grâce à une évaluation interne, le programme a modelé ses stratégies d’actions pour garantir l’accès à la santé à une population très pauvre. Ainsi, en collaboration avec la population, des sources privées et les pouvoirs publics, un système de fonds de solidarité a pu être mis en place.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

Partenariat entre ATD Quart Monde et le Service Œcuménique d’Entraide pour la création du CSSM.

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

Le montant du forfait pouvait constituer un obstacle pour certaines familles.

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

- Réduction substantielle du forfait et passage à un système d’abonnement : cotisation peu élevée donnant droit à la réduction du forfait et à des soins de seconde ligne (examens complémentaires non réalisés dans le centre, référence à des soins spécialisés auprès de structures étatiques ou autres préalablement identifiées comme partenaires du programme)
- En 2011, évaluation interne du système, pour juger de l’efficacité et de l’efficience du programme, sur 40 familles ayant bénéficié de l’abonnement (2009-2010) et 41 familles (échantillon témoin) vivant dans la même zone mais ne bénéficiant pas de l’abonnement.

Améliorations futures possibles :

- Etude de l’impact du système sur la qualité des soins et sur l’état de santé de la population couverte
- Collaborer avec d’autres partenaires et rejoindre d’autres initiatives poursuivant les mêmes objectifs

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

FACTEURS DE REUSSITE:
- Ce projet n’est pas isolé, il s’inscrit dans un programme plus large visant à améliorer les conditions de vie des familles les plus pauvres, tout en s’appuyant sur leur participation.
- Le système répond à un vrai besoin dans la mesure où les frais liés à la santé constituent un facteur déstabilisant des budgets toujours fragiles et étaient à l’origine d’endettement et d’appauvrissement.
CONSEILS POUR UNE GENERALISATION:
Ce système demande des moyens humains et financiers importants. Il pourrait constituer une étape vers la couverture universelle de santé s’il rejoint d’autres initiatives poursuivant les mêmes objectifs.

Références bibliographiques

De Muylder, R. « Lutte contre la pauvreté et accès aux soins : un exemple de Fonds de Solidarité à Port-au-Prince » FACTS Reports (Numéro Spécial 9, 2014)

Pour en savoir plus

Partager cette fiche
Télécharger la fiche