Logo Philharmonie de Paris

Les orchestres symphoniques de Démos

Résumé : Depuis 2010, la Cité de la musique - Philharmonie de Paris pilote un projet expérimental de démocratisation culturelle. Démos s’adresse à des jeunes (7-14 ans) issus de milieux défavorisés qui apprennent gratuitement un instrument pendant 3 ans, selon une pédagogie associant expression corporelle et apprentissage collectif. Grâce à un fort ancrage territorial, à de riches coopérations entre intervenants artistiques et professionnels du champ social et à la générosité de nombreux mécènes, le dispositif se déploie désormais sur tout le territoire français.

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : 2010
  • Lieu de réalisation : France
  • Budget : 4000000 €
  • Origine et spécificités du financement : 1/3 Etat + 1/3 collectivités locales + 1/3 mécénat

Organisme(s)

Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  27/07/2018 00:00
Appréciation(s) du comité : Impacts élevés ! Source d’inspiration !
Solution(s) : Coordination des actions Culture, sport et loisirs
Pays :  France, Île-de-France
Envergure du programme :  Nationale
Opérateur(s) :  Établissement Public
  • Bénéficiaires :  Population urbaine, Elèves, étudiants, Adolescents
  • Domaine(s) :  Loisirs, Sports, Éducation, Formation, Culture

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « SOLIDARITES & VULNERABILITES SOCIALES »

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Tirouvanziam Prisca , « Les orchestres symphoniques de Démos », **Journal RESOLIS** (2018)

Origines et contexte du programme

L’éducation artistique et culturelle favorise le développement des capacités cognitives et émotionnelles. Le Dispositif d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale (Démos) a été initié en 2010 et est coordonné par la Cité de la musique - Philharmonie de Paris. Il découle de l’expérience des ateliers de pratique musicale mis en place en 1995 par la Cité de la musique et s’inspire du modèle musical et social, « El Sistema », né au Venezuela en 1975 qui a formé 700 000 jeunes à la pratique orchestrale. Il s’adresse à des jeunes de 7 à 14 ans, sans formation musicale antérieure et vivant dans des quartiers classés « politique de la ville » ou des zones rurales insuffisamment dotées en institutions culturelles.

Objectifs du programme

- Lever les freins sociaux et culturels liés à la pratique musicale
- Proposer un dispositif complémentaire des institutions existantes
- Contribuer au développement personnel des jeunes
- Créer une dynamique territoriale

Actions mises en oeuvre

PHASE D’EXPERIMENTATION
- 1ère phase (2010/12) : 4 orchestres en l’Ile-de-France (450 enfants)
- 2e phase (2012/15) : 4 orchestres en l’Ile-de-France et 4 orchestres dans les départements de l’Aisne et l’Isère (800 enfants)
- 2015/19 : déploiement sur l’ensemble du territoire national

ORGANISATION DE L’APPRENTISSAGE
- Chaque enfant choisit un instrument de musique (ou le chant), qui lui sera confié pour toute la durée du dispositif (3 ans).
- 4h de cours par semaine hors temps scolaire au sein des structures sociales : groupe de 15 enfants qui apprennent la musique par famille d’instruments, avec des temps personnalisés par groupe de 2 à 3 enfants
- 1 répétition toutes les 6 semaines en orchestre symphonique (une centaine d’enfants)
- Stages pendant une partie des vacances scolaires
- 1 concert public chaque fin d’année, dirigé par des chefs renommés
- En 3e année, les jeunes sont préparés à une éventuelle poursuite de l’activité musicale dans des structures partenaires (écoles de musique ou conservatoires). Ce suivi personnalisé inclut notamment un livret d’auto-évaluation aidant les enfants à faire le bilan de leurs parcours.

ENCADREMENT & SUIVI
- Encadrement par 2 musiciens professionnels (musiciens d’orchestre, professeurs de conservatoire, dumistes (diplôme universitaire de musicien intervenant)…) et 1 référent terrain de la structure sociale partenaire
- Les groupes de 15 enfants participants sont constitués par les structures sociales. Le référent terrain est désigné par la structure sociale pour suivre les enfants pendant les ateliers, les répétitions et en dehors des temps consacrés au projet. Il travaille en collaboration étroite avec les deux musiciens qui mènent les ateliers en construisant avec eux les séances et en y jouant un rôle spécifique. Il suit, en collaboration avec sa direction, la bonne conduite du projet sur le territoire, en cohérence avec les objectifs éducatifs de sa structure et de Démos.

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- Il existe aujourd’hui 30 orchestres Démos.
- 2 100 enfants ont participé au dispositif depuis son lancement et ont répété 140 heures par an.
- Environ 50% des 800 enfants ayant participé à l’expérimentation du dispositif se sont inscrits au conservatoire, dont plus de 70% se réinscrivent l’année suivante

De nombreux travaux d’évaluation et de recherche ont été confiés à des cabinets d’étude et des équipes de chercheurs en sciences sociales (souvent en co-construction avec les structures partenaires). Des enquêtes qualitatives auprès des enfants, des familles et de la communauté éducative ont été réalisées. Il en ressort que :
* les jeunes adhèrent majoritairement à ce qui leur est proposé, manifestent du plaisir, témoignent de la reconnaissance et disent qu’ils apprennent beaucoup ;
* leurs parents sont satisfaits et expriment très souvent le désir que ces actions se renouvellent ;
* l’évolution positive chez les enfants (assiduité, concentration, envie d’apprendre, confiance en soi, capacité à vivre et travailler en groupe) ;
* la remobilisation des professionnels impliqués et le renouvellement des pratiques de travail social (modes de coopération interprofessionnels, pédagogie collective…).

Originalité du programme

La pédagogie de Démos repose sur un apprentissage collectif de la musique classique. La découverte et l’acquisition de bases techniques d’un instrument se fait dans l’orchestre, c’est-à-dire dans un cadre favorisant la coopération entre les enfants mais aussi entre les enfants et les adultes encadrant les ateliers. Cette pédagogie se réfère à d’autres principes forts comme la pédagogie orale, l’approche corporelle et sensible de la musique, la stimulation de la créativité et la transmission du patrimoine. Les notions théoriques (lecture, écriture...) sont intégrées progressivement avec la pratique. L’apprentissage est complété par une fréquentation de lieux de culture (concerts, musées, ateliers de lutherie…).

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

Association de Prévention du Site de la Villette (APSV) ; EHESS ; Conservatoire Eustache-du-Caurroy de Beauvais ; Conservatoires de musique, de danse et art dramatique de Mulhouse et de Brest ; Conservatoire à rayonnement régional de Montpellier Méditerranée Métropole ; Divertimento ; Institut Régional du Travail Social (IRTS) ; Laboratoire de Genève ; Ministère de la Culture et de la Communication ; Ministère de la Cohésion des Territoires ; Ministère des Outre-mer ; Observatoire des politiques Culturelles (OPC) ; Orchestre de Paris ; Orchestre les Siècles ; Orchestre National d’Ile-de-France ; Orchestre de Pau Pays de Béarn ; Orchestre National de Lille ; Orchestre National de Lorraine ; Orchestre National de Lyon ; et Sciences Po Reims

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- Lever les représentations entre les différents métiers impliqués
- L’encadrement individuel et de groupe requis par le dispositif fait appel à des compétences différentes. Or le niveau de qualification des référents sociaux est parfois peu élevé (services civiques et bénévoles).
- Le dispositif répond à des objectifs exprimés sur le terrain ayant souvent du mal à trouver une forme institutionnelle (restauration du lien social, renforcement de l’enseignement musical et de l’accompagnement éducatif…)
- Il est difficile d’obtenir de la part des acteurs sociaux des informations sur l’apport social du dispositif.

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

Elaboration d’un référentiel transmettant les principes directeurs et les savoir-faire acquis sur les différentes dimensions du projet (pédagogie collective, aspects sociaux, pratiques professionnelles, politiques publiques territoriales…). De nombreuses ressources sont rassemblées dans un site internet dédié : outils de pédagogie musicale, matériel musical (partitions, enregistrements…), vidéos d’ateliers, interviews des acteurs de Démos, chartes de coopération…

Améliorations futures possibles :

- Impliquer davantage les structures sociales dans la conception du projet
- Approfondir l’évaluation du dispositif : les gains neurocognitifs liés à l’apprentissage musical ou encore son impact social (quels effets sur la réussite scolaire ? sur l’environnement global ? sur les autres dispositifs éducatifs existants ? Etc.)
- Modéliser le dispositif
- Etendre le dispositif aux 1 500 quartiers prioritaires, soit créer 250 orchestres

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

TRAVAIL SOCIAL
- La concertation interprofessionnelle : coopération entre acteurs de la culture et acteurs du champ social (aide sociale à l’enfance, centres sociaux, services de réussite éducative, structures d’éducation populaire, maison des jeunes et de la culture (MJC), centres de loisirs, maisons de quartier, écoles...)
- La mise en place d’une équipe en charge du développement social (« pôle social »), composée de travailleurs sociaux et de psychologue et chargée de veiller à la cohérence éducative, d’accompagner les professeurs dans la mise en œuvre du projet, d’assurer la médiation pour le bon déroulement des ateliers, d’appuyer le suivi des situations individuelles des enfants
- La formation continue des intervenants : journées de formation réparties sur l’année articulant la formation et la mise en pratique (ex. pouvoir d’agir, stratégie éducative, théâtre-forum ou jeux collectifs et musicaux)
- Un encadrement éducatif adapté
- La motivation et l’adhésion des parents
- Gratuité du dispositif
- Engagement des participants pour 3 ans

ORGANISATION DU RESEAU DEMOS
- Un ancrage et dynamisme local fort : partenariats avec les institutions sociales (CAF, centres sociaux, programmes de réussite éducative, etc.) et les collectivités territoriales. Relais en région pour le déploiement et la diffusion d’informations : Direction Régionale des affaires culturelles d'Ile-de-France (DRAC), collectivités territoriales et autres partenaires locaux (conservatoires, écoles)
- Une coordination régionale du travail des musiciens : 1 ou 2 musiciens référents sont nommés par l’orchestre
- La souplesse du dispositif pour s’adapter aux réalités de terrain de chaque territoire : la création d’un orchestre sur un territoire n’est pas une procédure standardisée
- Le rôle de la Philharmonie de Paris : pilotage national et opérateur Ile-de-France (reposant sur une équipe de 30 personnes pour la coordination générale). Elle offre son expertise éducative et culturelle et garantit un certain degré d’excellence dans ses propositions pédagogiques (arrangement musicaux, formations…).
- Opérateurs hors Ile-de-France : établissements publics, orchestres, structures à caractère social ou conservatoires. Ils sont responsables de la prise en charge administrative et financière du dispositif sur leurs territoires.

MODELE ECONOMIQUE
Le coût annuel d’un orchestre est estimé à 260 000 €, réparti entre les partenaires locaux (100 000 €), les mécènes (85 000 €) et l’Etat (75 000 €).

Références bibliographiques

Rémi Deslyper, Florence Eloy, Vincent Guillon, Cécile Martin et Samuel Périgois « Pratiquer la musique dans Démos : un projet éducatif global ? » Observatoire des Politiques Culturelles (2016)

Pour en savoir plus

DETAIL DES 3 ANNEES D’APPRENTISSAGE

1ERE ANNEE D’APPRENTISSAGE
- Immersion des jeunes dans la musique et l’orchestre
- Initiation au chant et à la danse : les apprentissages se font par une appropriation corporelle.
- Après un mois, début la pratiqu


Partager cette fiche
Télécharger la fiche