Logo Les Ateliers Marianne

Les Ateliers de Marianne : l’insertion par l’activité artistique en Isère

Résumé : Depuis 1996, Les Ateliers de Marianne est un chantier d’insertion sociale et professionnelle par l’activité économique au service de demandeurs d’emploi de longue durée et aux bénéficiaires des minima sociaux. Ce chantier œuvre dans le domaine de la création artistique : costumes et décors pour le spectacle vivant et vêtements prêt-à-porter… donnant ainsi une dimension supplémentaire à leur parcours d’insertion.

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : 1996
  • Lieu de réalisation : Pont de Claix (Isère)
  • Budget : 490000 €
  • Origine et spécificités du financement : Financement public et vente et location des productions des deux ateliers

Organisme(s)

  • Les Ateliers Marianne
  • 14 avenue Aristide Bergès
  • 38800 Pont de Claix
  • Salariés : 31
  • Bénévoles : 6
  • Adhérents : 20
Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  02/01/2017
Solution(s) : Culture, sport et loisirs Emploi
Pays :  France, Auvergne-Rhône-Alpes
Envergure du programme :  Locale
Opérateur(s) :  Association, ONG
  • Bénéficiaires :  Elèves, étudiants, Chômeurs
  • Domaine(s) :  Travail, Éducation, Formation, Culture

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « Pauvreté France » (2016)

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Mokhbi Magda , « Les Ateliers de Marianne : l’insertion par l’activité artistique en Isère », **Journal RESOLIS** (2017)

Origines et contexte du programme

C’est en 1996 que l’association trouve son origine avec grâce à la conjugaison d’une volonté politique municipale (Pont de Claix), de l’engagement d’une équipe de création théâtrale (Théâtre et Compagnie), d’un lieu de spectacle vivant (l’Amphithéâtre), d’un syndicaliste de Rhône-Poulenc et des responsables de la Permanence d’Accueil d’Information et d’Orientation en place, pour apporter une réponse originale aux personnes exclues du marché de l’emploi. C’est ainsi que l’expérimentation a consister a embaucher plusieurs femmes de la commune de Pont de Claix pour réaliser les costumes de théâtre pour la pièce Les Caprices de Marianne. C’est suite à cela et dans le but d’apporter une réponse innovante à l’insertion des publics précaires, de que l’association a pu être créée en 1998 et a été baptisée « les ateliers Marianne » en référence à la pièce de Musset.

Objectifs du programme

- Insérer les publics éloignés de l’emploi : demandeurs d’emploi de longue durée, bénéficiaires des minima sociaux
- Redonner confiance aux personnes accompagnées pour leur futur professionnel
- Faire de la culture un outil pour aider les publics en difficulté à développer dans un sentiment de légitimité dans la création de richesses

Actions mises en oeuvre

ACTION D’INSERTION
Les personnes accompagnées travaillent soit dans l’atelier de costumes soit dans l’atelier de décors. Elles sont suivies au minimum 1 fois toutes les 3 semaines par une chargée d’insertion pour définir leur parcours professionnel futur, et par une référente sociale qui accompagne chacun des salariés sur les questions propres à la personne, afin notamment de conjuguer emploi et vie familiale. Des modules de perfectionnement sont proposés, qui peuvent enrichir le parcours de la personne et faciliter son retour à l’emploi.

ACTIVITES CULTURELLES
Des activités sont proposées : visites de musée, spectacle vivant etc. à la fois pour développer la pratique culturelle mais aussi pour faire réfléchir chacun d’abord de façon personnelle puis autour de débats. Le Comité d’Entreprise permet de développer les pratiques culturelles des salariés ainsi que celles de leur famille en prenant en charge des activités telles que l’apprentissage d’un instrument, de la danse etc.

VALORISATION DU TRAVAIL MANUEL
Des visites pour des classes de collégiens et lycéens sont prévues pour promouvoir le travail manuel et artisanal.

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- 30% des personnes qui sortent des Ateliers Marianne retrouvent un emploi (CDD de plus de 6 mois ou CDI, souvent dans la restauration, l’aide à la personne ou le bâtiment). La moitié d’entre eux crée son propre emploi.
- 30% partent faire une formation qualifiante et 20% entrent en contrat saisonnier.
- 50% des personnes passées restent en contact avec la structure qui devient un lieu de ressources et de conseil.
- L’association à ses débuts proposait 9 postes, elle en compte désormais 17 (2015).
- Qualitativement, les individus s’autonomisent dans leur rapport aux institutions culturelles. C’est en bénéficiant d’un « effet cumulatif » comme par exemple, associer l’amélioration de la santé à l’obtention d’un logement, en cumulant des pratiques artistiques révélatrices, que les personnes déploient une propension à se réinsérer plus importante.

Originalité du programme

L’originalité repose sur le fait que l’Insertion par l’activité économique dans le domaine de la création est peu répandue. Cette création artistique permet de développer l’estime de soi et la confiance. De plus, la majorité des travaux est réalisée avec des matériaux recyclés durables.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

INSTITUTIONNELS
Etat, le conseil régional (Auvergne-Rhône Alpes), le conseil département de l’Isère, la ville de Pont de Claix la ville de Grenoble, Grenoble Alpes métropole (la Métro), le Fonds Social Européen.

PRIVES
Crédit Mutuel, le Secours populaire de Vizille, l’Amphithéâtre de Pont de Claix.

AUTRES PARTENARIATS
Coorace, Territoire Insertion 38, Deuxième Acte et le sculpteur-designer Cherif Kebbal qui est en résidence d’artiste au sein des ateliers Marianne.

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- Budgétaire : si les comptes sont à l’équilibre grâce aux subventions publiques et à la vente des productions, la fragilité des ressources propres ne permet de constituer une réserve associative pour investir
- Adaptation au marché : les costumes et décors de théâtre sont de moins en moins demandés sur le marché.

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

Devant cette réduction de la demande, l’activité a évolué vers le vêtement prêt-à-porter original, les accessoires de mode, le mobilier design ou plus globalement des productions artistiques artisanales.

Améliorations futures possibles :

- Dégager plus de temps pour l’organisation de sorties culturelles
- Développer l’innovation, notamment en continuant le prêt-à-porter original.

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- La transposition de ce type de programme pourra être facilitée en faisant valorisant l’artisanat et peut-être en le réhabilitant notamment dans le système scolaire.

Idée de sujet(s) de recherche fondamentale ou appliquée, utile(s) pour le présent programme :

- Développer des recherches sur l’impact du créatif, du culturel et du manuel dans l’émancipation des personnes notamment sur la prise en charge par les individus de leur propre parcours de leur propre projet de vie. Démontrer que des mesures ponctuelles ne sont pas suffisantes, que l’emploi à tout niveau doit être investi par la créativité afin de valoriser les personnes qui ne s’en investiront que plus.

Références bibliographiques

Publication des actes du colloque transnational à Pont de Claix les 23 et 24 mars 2000, sur le thème : « La création artistique et collective au cœur de la dynamique d’insertion »https://www.librairie-plumeetfabulettes.fr/personne/colloque-transnational-la-creation-artistique-et-collective-au-coeur-de-la-dynamique-d-insertion/826062/

Pour en savoir plus

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/isere/les-ateliers-marianne-pont-de-claix-s-orientent-vers-le-pret-porter-818665.html


Partager cette fiche
Télécharger la fiche