Logo Agoraé Strasbourg

L’épicerie AGORAé Strasbourg : la solidarité entre étudiants

Résumé : Depuis 2013, l’épicerie solidaire AGORAé est tenue par des étudiants pour des étudiants sur le campus universitaire de Strasbourg. Ce projet d’aide alimentaire a été mis en place par la FAGE (Fédération des Associations Générales Etudiantes) et l’AFGES (organisation représentative des étudiants en Alsace). Il s’agit aussi d’un lieu d'accueil ouvert à tous, où les étudiants peuvent notamment trouver des conseils (gestion de son budget, consommations énergétiques…).

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : 2013
  • Lieu de réalisation : Strasbourg
  • Budget : N/C
  • Origine et spécificités du financement : Partenariats locaux, ANDES et Banque Alimentaire

Organisme(s)

Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  25/11/2016
Appréciation(s) du comité : Source d’inspiration !
Solution(s) : Agriculture et alimentation Education Exclusion et isolement
Pays :  France, Grand Est
Envergure du programme :  Locale
Opérateur(s) :  Association, ONG
  • Bénéficiaires :  Elèves, étudiants, Bottom Of the Pyramid (BOP)
  • Domaine(s) :  Budget, Aide alimentaire

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « Pauvreté France » (2016)

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Darnault Clarisse , « L’épicerie AGORAé Strasbourg : la solidarité entre étudiants », **Journal RESOLIS** (2016)

Origines et contexte du programme

Pour lutter contre la précarité des étudiants, la FAGE (Fédération des Associations Générales Etudiantes) lance en 2011 les épiceries solidaires au sein de campus universitaire : les AGORAé. Une antenne est inaugurée en décembre 2013 au pied de la Faculté de droit de Strasbourg. En 2012, une étude menée par l'AFGES (fédération étudiante alsacienne) avait mis en évidence que 6 étudiants sur 10 étaient en situation financière difficile et ne mangeaient pas à leur faim.

Objectifs du programme

- Proposer l’accès à une épicerie solidaire sur critères sociaux
- Créer un espace de vie convivial pour les étudiants
- Favoriser le lien social

Actions mises en oeuvre

- Condition d’accès : un reste à vivre inférieur à 7,2€ / jour (calculé par une assistante sociale). Déposer un dossier (comprenant un certificat de scolarité, une pièce d’identité et le cas échéant 2 derniers bulletins de salaire, l’attestation APL, de bourses, la quittance de loyer, factures (EDF, gaz, téléphone, mutuelle, transports, assurances…) et tout justificatif de dépenses exceptionnelles) puis rencontrer un assistant social du Conseil général du Bas-Rhin à l’épicerie
- Les bénéficiaires peuvent dépenser dans l’épicerie la différence entre 15€ et leur reste à vivre.
- Horaires d’ouverture : tous les mercredis de 10h à 12h et de 13h à 17h
- Espaces aménagés en libre-service : produits variés (produits alimentaires, d’hygiène, d’entretien et des fournitures scolaires) à prix réduits (50 à 80 % moins chers que dans le commerce)
- Actions de prévention et de sensibilisation : rédaction d’un recueil de recettes faciles et équilibrées, explications sur l’isolement thermique pour limiter les frais de chauffage, conseils pour la gestion de son budget…
- Organisation d’évènements et activités : cours de cuisine 2 fois par semaine en partenariat avec l’ARES (Association de Résidents Centre socio-culturel de l’Esplanade), cours de langue, écrire son CV, vide-dressing, ludothèque, bibliothèque d'échanges de livres...

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- 90 bénéficiaires après 3 mois d’existence puis 120 après 1 an
- Chaque mois, distribution de l’équivalent de 3 000€ de produits frais et secs
- Trop forte demande en comparaison des moyens humains et matériels disponibles
- Grâce aux économies réalisées, les bénéficiaires peuvent compléter leurs achats dans les circuits traditionnels et peuvent se concentrer à la réussite de leurs études et pour certains éviter de travailler.

Originalité du programme

Le réseau des AGORAé comprend une quinzaine d’épiceries en France. L’antenne strasbourgeoise est la 7e créée et est la seule épicerie de ce type en Alsace. De plus, les prix cassés pratiqués sont possibles grâce à un financement public-privé.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

Fondation Peugeot, Fondation MACIF, Conseil Général, Faculté de Droit, Banque Alimentaire, le réseau ANDES (Association Nationale de Développement des Epiceries Solidaires), commerçants locaux (Simply Market...) et ARES (Association de Résidents Centre socio-culturel de l’Esplanade)

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- La sélection des bénéficiaires : des éligibles ne se manifestent pas par méconnaissance ou par pudeur ; les étudiants travaillant ont un reste à vivre supérieur aux critères de l’AGORAé mais il serait inférieur s’ils ne travaillaient pas ; possibles fraudes (dossier déclaratif)
- Evolution du reste à vivre : colocation, modification d’emploi...
- Taille des locaux insuffisants pour stocker les approvisionnements
- Forte rotation des bénévoles qui fragilise la structure

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

- Commissions régulières pour réétudier les dossiers avec l’assistante sociale
- Embauche de 2 services civiques
- Locaux loués au Campus Central – Faculté de Droit à un prix symbolique
- Aides techniques et matérielles des commerçants locaux pour la tenue de l’épicerie

Améliorations futures possibles :

Après la stabilisation de l’épicerie (cf. bénévoles, partenaires et maintien de 100 bénéficiaires), ouverture d’une nouvelle antenne

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- Des partenariats tout le long de la chaîne opérationnelle (accompagnement FAGE, cartes cadeau du réseau ANDES, dons de la Banque Alimentaire…)
- L’aide d’assistantes sociales pour sélectionner les dossiers
- Ne pas se positionner dans une logique assistancielle : l’épicerie fonctionne comme un magasin normal. Les bénéficiaires payent leurs produits. Les bénévoles ne connaissent pas le reste à vivre des clients. Il n’y a pas de paniers pré remplis, les étudiants font eux-mêmes leurs courses.
- Flexibilité de l’octroi de l’aide : durée ajustée selon les cas (2 mois, 6 mois, 1 an…)

Références bibliographiques

Livret de recette étudiant : http://fr.scribd.com/doc/239903522/Guide-de-Recettes-de-l-Etudiant

Partager cette fiche
Télécharger la fiche