Logo Association pour le Droit à l’Initiative Economique (ADIE)

Le micro-entreprenariat selon l’Adie

Résumé : Depuis 1989, l’Adie (Association pour le Droit à l’Initiative Economique) aide les personnes éloignées du marché du travail et du système bancaire à créer leur entreprise et leur emploi. Elle a adapté à la France le principe du microcrédit. Ses 120 antennes locales et 380 permanences proposent des accompagnements personnalisés : évaluation de la faisabilité des projets, monter les dossiers de financement, formations...

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : 1989
  • Lieu de réalisation : France
  • Budget : N/C
  • Origine et spécificités du financement : Etat, Caisse des Dépôts et FSE (Fonds Social Européen)

Organisme(s)

Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  09/05/2017
Pays :  France
Envergure du programme :  Nationale
Opérateur(s) :  Association, ONG
  • Bénéficiaires :  Universel, Femmes, Chômeurs
  • Domaine(s) :  Travail, Finance

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « Pauvreté France »

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Ramaherison Stacy , « Le micro-entreprenariat selon l’Adie », **Journal RESOLIS** (2017)

Origines et contexte du programme

Suite à sa rencontre avec le professeur Muhammad Yunus (Prix Nobel de la Paix 2006), l’économiste Maria Nowak a créé en 1989 l'Adie : Association pour le droit à l'initiative économique. Cette association reconnue d’utilité publique applique les techniques de microcrédit de la Grameen Bank du Bangladesh à la France. Dans un contexte économique morose, la création d’entreprise est une solution en matière de création d’emploi. La microentreprise correspond aux besoins de la nouvelle économie et à l’évolution de notre société, durement frappée par la désindustrialisation, le travail précaire et le chômage. L’Adie s'adresse aux créateurs d’entreprise n’ayant pas accès au crédit bancaire : chômeurs, allocataires de minima sociaux, salariés précaires... Elle vise prioritairement les jeunes et les femmes, deux publics fragiles.

Objectifs du programme

- Développer l’entreprenariat et favoriser l’insertion professionnelle grâce au microcrédit
- Apporter un soutien financier et technique
- Formuler des propositions pour améliorer le cadre législatif et réglementaire du microcrédit
et du travail indépendant, tout particulièrement pour les personnes en situation de précarité

Actions mises en oeuvre

1) CONTACT : appeler le 0 969 328 110 (numéro non surtaxé) ou via le site dédié www.adieconnect.fr

2) EVALUATION & MONTAGE :
- Un conseiller de l’Adie analyse la situation du demandeur et la faisabilité de son projet de projet
- Selon l'état d'avancement du projet, le conseiller proposera un rendez-vous pour déterminer les besoins en termes de financement et d’accompagnement ou de suivre un atelier de travail collectif gratuit pour finaliser son projet (une fois le projet clairement déterminé, le porteur de projet pourra revenir vers l'Adie pour l'analyse de sa demande de financement)

3) VALIDATION DU PROJET : le conseiller Adie et le Comité de Crédit de l’agence (composés de salariés et bénévoles de l’Adie) prennent la décision finale en fonction des éléments d'analyse fournis par le conseiller.

4) APPUI FINANCIER : Le plan de financement peut atteindre 20 000€
- microcrédits jusqu’à 10 000€ pour financer tous types de besoins : investissement (véhicule, machines), stock, trésorerie, production... accordé sur 4 ans maximum. Les taux varient selon la somme prêtée (de 6,36 à 7,38%) avec un supplément de 5% dédié au fonctionnement de l’Adie. Le remboursement peut s’étaler sur 48 mois.
- prêts d’honneur jusqu’à 4 000€ sans intérêt pour compléter le financement du projet
- accès facilité à des primes locales selon des dispositifs mis en place dans chaque région

5) ACCOMPAGNEMENT : aide à l’élaboration du business plan par des bénévoles spécialistes, formations collectives pratiques individuelles ou collectives, rendez-vous individuels avec des conseils d'expert, plateforme d'assistance téléphonique, tutorat individuel, suivi personnalisé (gestion,
démarches administratives, développement commercial, conseil juridique, fiscalité…)

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- Depuis 1989 : 160 000 microcrédits, 110 000 entreprises créées et 84% de taux d'insertion
- En 2014 : 16 600 personnes financées et accompagnées, près de 200 emplois créés par semaine et 70% comme taux de pérennité après 2 ans
- En 2015 : 18 000 personnes financées et 225 emplois créés par semaine
- Les entreprises financées par l’Adie ont une pérennité équivalente à celles qui disposent de capital à travers un crédit bancaire
- Profils des personnes accompagnés : 39% de bénéficiaires de minima sociaux, 41% de femmes, 20% d’habitants des quartiers prioritaires, 25% de jeunes âgés de 18-25 ans, 57% des 25-60 ans, 18% de plus de 60 ans
- 120 antennes et 380 permanences : près de 80% des points d’accueil accessibles au public des quartiers prioritaires
- Essaimage en Grèce et en Tunisie

Originalité du programme

Le microcrédit est un mécanisme financier mis au point par la Grameen Bank. Il a largement fait ses preuves dans les pays en voie de développement. L’Adie est à l’origine de son introduction en France et est la première organisation à l’y avoir expérimenté. Le microcrédit consiste à emprunter à des taux préférentiels, grâce à des partenariats avec des banques, puis à prêter ces sommes en pratiquant des taux bas à un public normalement exclu du crédit bancaire. L’Adie porte ainsi le risque de défaut des emprunteurs.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

Pôle Emploi, AXA, Macif, Total, Haxoneo, Renault, lookvoiture.com, O², BGE, CitésLab, France Active, Initiative France, PlaNet Adam, associations locales…

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- Financements non-pérennes : négociation annuelle ou pluriannuelle et déséquilibre au niveau local nécessitant de répartir les financements entre les différentes antennes
- Gestion du risque complexe en période de crise : les faillites des entrepreneurs mettent en difficulté l’Adie
- Recouvrements et gestion des contentieux chronophages qui peuvent détourner les conseillers Adie de leur action
- Obstacles réglementaires à l’exercice de certaines professions qui constituent une entrave à la création d’une activité indépendante

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

- Diversification de la recherche de financement : auprès des métropoles, des conseils régionaux...
- Renforcement du suivi des entrepreneurs pour avoir une meilleure vision et maîtrise du risque
- Création d’équipes dédiées au recouvrement et contentieux afin d’alléger les charges de travail

Améliorations futures possibles :

Utiliser davantage le numérique :
> mettre en relation des entrepreneurs avec des accompagnants spécialistes d’une antenne différente
> accroître la visibilité de l’Adie

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- CARACTERISTIQUES DE L’ACCOMPAGNEMENT :
* Personnalisé : l'analyse et l’accompagnement en amont du projet réduit les risques de défaillance. En cas de difficultés, des rencontres peuvent être organisées avec le conseiller Adie pour trouver une solution.
* Dans la durée : l’Adie accompagne avant, pendant et après la création de l’entreprise
* Tous les aspects du pilotage de l'activité de l'entreprise sont abordés : fiscalité, juridique et démarches administratives, comptabilité, gestion, développement commercial, aide à la maîtrise et la réduction des coûts, accompagnement budgétaire et financier, mise en réseau avec d’autres créateurs d’entreprise...
* Gratuit
* Expertise des équipes et formation des bénévoles

- CRITERE D’ELIGIBILITE A UN MICROCREDIT :
* Le porteur de projet : sa motivation, ses compétences & ses expériences (l’Adie finance toutes les personnes porteuses d’un projet de création d’entreprise quel que soit le statut de leur activité ou leur situation personnelle. Elle finance aussi bien les créateurs d’entreprise qui débutent leur activité que ceux qui souhaitent la développer)
* Le projet : le potentiel de clientèle, l’implantation, le chiffre d’affaires prévisionnel...
* La capacité de remboursement du porteur de projet : la somme à rembourser mensuellement est fixée en fonction de son budget actuel et des perspectives de revenus dégagés via son entreprise

- CAUTION : les créateurs d’entreprise doivent présenter une personne de leur entourage qui se porte caution à hauteur de 50% du montant du prêt

- TAUX D’INTERET : cela permet de rembourser les prêts souscrits par l’Adie

- FORTE IMPLANTATION DANS LES QUARTIERS : l'Adie fédère de nombreux partenaires, elle coordonne son action avec les autres réseaux d’appui à la création d’entreprise impliqués dans les quartiers afin de simplifier le parcours des porteurs de projet.

- HABILITATION A DELIVRER DES PRETS

Idée de sujet(s) de recherche fondamentale ou appliquée, utile(s) pour le présent programme :

Economie & sociologie : l’exclusion du système bancaire comme facteur aggravant de pauvreté

Références bibliographiques

VIDEO INSTITUTIONNELLE : https://youtu.be/IZENLIkCt1A?list=FLZa1Dj1As1oE9sRhHS9clug

Pour en savoir plus

DISPOSITIFS SPECIFIQUES :

- Micro-assurances en partenariat avec AXA et la Macif pour couvrir des risques comme : la responsabilité civile professionnelle, les locaux professionnels, les stocks et les équipements, la protection financière en cas d'arrêt d'activité, l'assurance automobile (RC, marchandises transportées, assistance)

- Microcrédit personnel pour l'emploi salarié jusqu'à 5 000€ : financer un permis de conduire, une formation, un déménagement, un véhicule (ou sa réparation)...

- « CréaJeunes » : programme d’accompagnement à la création d’entreprise proposé gratuitement aux jeunes de 18 à 32 ans depuis 2007. Parcours de 5 à 6 semaines composé d’ateliers collectifs centrés sur la montée en confiance et la connaissance pratique du monde de l’entreprise et suivi d’un accompagnement individuel pendant 6 mois sous forme d’un tutorat ainsi que des actions de mise en réseau. Les jeunes peuvent aussi accéder aux autres services de l’Adie.

- Offres ciblées sur les défis de mobilité en partenariat avec Renault, Total ou Haxoneo : réparation, entretien, location ou achat de véhicule neuf ou d'occasion

- « L’Adie près de chez vous » : l’Adie renforce sa présence en zone rurale à l’aide de 2 antennes mobiles, des camions aménagés en bureau d’instruction. Ces véhicules permettent de se rendre facilement auprès des porteurs de projet tout en étant visible sur des lieux de vie. Ces antennes mobiles sont à disposition du réseau de l’Adie sur des durées d’1 à 3 mois pour donner un premier niveau d’information à des créateurs d’entreprise éloignés des réseaux d’accompagnement.

- diffusion d'outils d'accompagnement e-learning et organisation de webconférences

- Projet Rural « Regain » : dans les territoires où l’Adie n’a pas d’antenne, le parcours des porteurs de projets financés et accompagnés par l’Adie des zones rurales est revisité pour contourner les contraintes liées à l’isolement géographique, en permettant de réduire le délai d’attente pour obtenir un rendez-et de réaliser un gain de temps et d’argent sur les déplacements. Les demandes de microcrédit peuvent être instruites à distance (par téléphone ou internet) et un accompagnement renforcé à domicile ou sur le lieu d’activité est proposés.

- « Microfranchise solidaire » : depuis 2011, l’Adie propose des activités clés en main (ex. chauffeurs, jardiniers ou coursiers de quartier). Cela s’inspire du modèle de la franchise et du commerce organisé et l'adapte aux besoins de créateurs de petites entreprises. L’Adie a mis en place un incubateur qui identifie et modélise des projets de microfranchise solidaire avec des entreprises partenaires ; lance des pilotes opérationnels pour tester et affiner les modèles dʼactivité ; accompagne le déploiement national des réseaux de microfranchise ; communique sur la microfranchise solidaire et fait connaître ses opportunités de création d’emplois. Les microfranchisés peuvent développer leur activité sur le territoire français à une échelle locale en se reposant sur un réseau d’entrepreneurs indépendants. Ils peuvent aussi bénéficier de l'accompagnement de l'Adie pour la création et la gestion de leur activité. L’investissement initial est limité à 10 000€. Un fonds d’investissement (« AMS Investissement ») a été créé en avril 2011.


Partager cette fiche
Télécharger la fiche