Logo Réseau Santé Solidarité Lille Métropole

Le dispositif "Intervisions Santé Précarité" du Réseau Santé Solidarité Lille Métropole

Résumé : Depuis 2006, le dispositif "Intervisions Santé Précarité" vise à améliorer les prises en charges des publics en grande exclusion et en précarité sur le territoire de la métropole lilloise. Une coordination médico-sociale est organisée dans le cadre d'un espace de parole, de concertation et de co-décisions, qui réunit des professionnels pluridisciplinaires autour de situations complexes.

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : juin 2006
  • Lieu de réalisation : Métropole de Lille
  • Budget : 338600 €
  • Origine et spécificités du financement : ARS (Agence Régionale de Santé)

Organisme(s)

  • Réseau Santé Solidarité Lille Métropole
  • 197 rue du Général Leclerc
  • 59871 Saint André Lez Lille
  • Salariés : 2
  • Bénévoles : 100
  • Adhérents : 9
Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  05/06/2015
Appréciation(s) du comité : A généraliser !
Solution(s) : Coordination des actions Exclusion et isolement Santé
Pays :  France, Hauts-de-France
Envergure du programme :  Locale
Opérateur(s) :  Association, ONG
  • Bénéficiaires :  Population urbaine, Population bidonvilles, Immigrés, Bottom Of the Pyramid (BOP)
  • Domaine(s) :  Santé

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « Pauvreté France » (Lille)

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Lemaire Christelle , « Le dispositif "Intervisions Santé Précarité" du Réseau Santé Solidarité Lille Métropole », **Journal RESOLIS** (2015)

Origines et contexte du programme

En 2005, des procédures expérimentales nationales ont été mises en place pour faire travailler ensemble les professionnels médicaux sur un même territoire ou sur une même pathologie. Le Réseau Santé Solidarité Lille Métropole, fondé en 2005, s'inscrit dans cette logique. Il s'articule autour de valeurs communes à ses membres : la précarité ne doit pas être un facteur excluant du système de santé. Le réseau vise à organiser une réelle prise en charge médico-psycho sociale pour les personnes en situation de précarité. Le dispositif "Intervisions Santé Précarité" a été mis en place en juin 2006 par les partenaires sanitaires, sociaux et médico-sociaux réunis par ce Réseau. Il cherche à construire une meilleure coordination des données médicales entre les partenaires du réseau et favoriser l’accès aux soins et aux droits pour les plus démunis.

Objectifs du programme

- Mutualiser les compétences, le savoir de chacun
- Être dans une dynamique d'amélioration des pratiques, d'échange de solutions
- Permettre un réel partage des informations entre les institutions sociales et médicales
- Se réunir autour de situations complexes, problématiques afin de trouver ensemble, la solution la plus adéquate

Actions mises en oeuvre

1) Demande formulée par email d'un membre d'une institution partenaire, énonçant ses difficultés à résoudre une situation médicale ou sociale et informant ses disponibilités au Réseau de Santé Solidarité

2) Mise en ligne par le réseau sur son site internet, d'un document indiquant le lieu, la date et les personnes souhaitant participer à cette réunion

3) Intervision : espace mensuel (sauf juillet-août) de parole, de concertation et de co-décisions entre professionnels sanitaires, sociaux et médico-sociaux de la région lilloise
- La semaine qui précède l’intervision, toutes les situations font l’objet d’une réunion préparatoire.
- En moyenne, chaque situation est discutée environ 30 minutes et réunit entre 5 et 8 partenaires. Ensemble, ils partagent les informations qu’ils possèdent et décident de l'orientation à préconiser pour le patient.

4) Portée pédagogique du dispositif
- Les cadres de santé, du social et du médico-social autorisent leurs équipes à participer aux intervisions sur le temps de travail sans que celle-ci ne soit nécessairement concernée par une situation.
- Depuis 2010, des cas cliniques anonymisés avec les pistes d’orientation proposées par les partenaires sont mis en ligne sur le site internet.

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- En moyenne depuis 2010, 10 intervisions programmées par an, auxquelles 30 à 50 professionnels participent.
- 1 à 6 situations problématiques sont discutées durant la séance d'intervisions.
- Depuis 2008 : généralisation des intervisions précarité. Elles sont organisées toutes les six semaines selon un protocole d’utilisation.
- Alerter leur tutelles sur des situations, des nouvelles problématiques qui ne peuvent être résolues (par exemple : les femmes enceintes migrantes)
- Création de liens entre les membres et développement de relations d'entraide

Originalité du programme

Les réunions "Intervisions Santé Précarité" sont ouvertes à tous les membres du Réseau Santé Solidarité Lille Métropole, même ceux non concernés par les problématiques abordées. Cela permet de porter un regard différent, extérieur sur les problèmes et accroître le réseau social des membres.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

9 membres fondateurs du Réseau Santé Solidarité Lille Métropole : A.B.E.J solidarité, Médecins Solidarité Lille, Diogène (Équipe mobile santé mentale) Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille, Ville de Lille, Groupe Hospitalier de l'institut catholique de Lille, CMAO (Coordination Mobile d'Accueil et d'Orientation), URPS Médecins libéraux (Union Régionale des Médecins Libéraux) et EPSM de Lille (Établissement public de santé mentale)

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- Réticence de certains professionnels de santé vis-à-vis du secret médical
- Mettre en place une réelle démarche d'évaluation sur les bénéfices réels de cette coordination
- Multiplicité des dispositifs
- Densité du tissu associatif et le turn-over au sein des équipes

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

- Chaque patient est averti par un professionnel de santé que ses informations médicales et sociales seront inscrites sur une base de données informatique, visible par l'ensemble des professionnels. De plus, on lui signale également que ses données seront potentiellement échangées entre les partenaires du réseau. Le patient doit donner son accord, pour enclencher ces dispositifs.
- Le partage d'informations sur un patient est fait de manière anonyme.
- Depuis 2010, les nouveaux partenaires sont présentés pendant le premier quart d’heure des intervisions. Ils peuvent ainsi exposés rapidement leur cadre légal, fonctionnement et missions.

Améliorations futures possibles :

Mettre en place un système de suivi pour savoir si la situation problématique du patient s'est améliorée.

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- Être clair sur le partage d'informations (ce qu'ont dit, ce qu'on ne dit pas, de quelle manière...)
- Respecter le code déontologique de chacun (en particulier l'anonymat des dossiers)
- Protocole d’utilisation des intervisions précarité
- Réunir des professionnels pluridisciplinaires : pour assurer une prise en charge collective et éviter les ruptures dans le suivi des personnes

Partager cette fiche
Télécharger la fiche