Logo Femmes SDF

L’association Femmes SDF : aller vers, accueillir et accompagner les femmes en errance

Résumé : Après une démarche de recherche-action, l’association Femmes SDF a ouvert un accueil de jour à Grenoble, réservé exclusivement aux femmes. Des actions d’accompagnement individuel et collectif sont proposées afin de rétablir la citoyenneté et faciliter le retour vers le droit commun.

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : 2005
  • Lieu de réalisation : Grenoble
  • Budget : 220000 €
  • Origine et spécificités du financement : Public et privé : Ville de Grenoble, Métropole de Grenoble, Conseil Général, Conseil Régional, Direction Départementale de la Cohésion Sociale, Agence Régionale de Santé, Agence pour la Cohésion Sociale et l’Egalité des chances, Fondation des Petits frère

Organisme(s)

  • Femmes SDF
  • 16 rue Aimé Berey
  • 38000 Grenoble
  • Salariés : 4
  • Bénévoles : 3
  • Adhérents : 20
Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  18/11/2015
Solution(s) : Exclusion et isolement
Pays :  France, Auvergne-Rhône-Alpes
Envergure du programme :  Locale
Opérateur(s) :  Association, ONG
  • Bénéficiaires :  Sans abris, Population urbaine, Femmes
  • Domaine(s) :  Santé, Participation citoyenne, Droits fondamentaux, Biens essentiels

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « Pauvreté France » (Grenoble)

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Abjean Maïwenn , « L’association Femmes SDF : aller vers, accueillir et accompagner les femmes en errance », **Journal RESOLIS** (2015)

Origines et contexte du programme

L’association Femmes SDF a été créée en 2000, pour répondre à un questionnement sur la situation des SDF, et plus particulièrement des femmes SDF. Dans une volonté de réfléchir avant d’agir, une recherche-action a été menée pendant 2 ans et demi auprès de femmes en errance à Grenoble et à Paris. Les enseignements de cette recherche ont permis d’établir un constat, et des besoins : les femmes en errance ont besoin d’un endroit spécifique pour se (re)poser, être à l’abri des violences de la rue et plus spécifiquement des violences sexuées. Si aujourd’hui cette question émerge, à l’époque, rendre visible cette réalité était un véritable enjeu.

Objectifs du programme

Objectifs généraux de l’association :
- Mettre en lumière l’existence des femmes à la rue et leurs spécificités en tant que femmes, promouvoir leur prise en compte dans la mise en place des actions d’aide
- Changer le regard de la société sur les femmes, très culpabilisant, et changer le regard qu’elles posent sur elles-mêmes pour les rendre actrices de leur parcours
Objectifs spécifiques de l’accueil de jour :
- Proposer un accueil individualisé et inconditionnel, respectant l’anonymat à toute femme poussant la porte
- Permettre de se poser dans la journée, se reposer, retrouver des repères et tisser des liens sociaux à travers la participation à la vie de l’accueil de jour
- Aider les personnes à se retrouver dans la dignité notamment par un travail sur l’image de soi (bien-être, hygiène, etc…)
- Favoriser l’accès aux droits et l’exercice de ces droits grâce à un accompagnement individuel
- Permettre une ouverture sur la participation sociale et la citoyenneté en dynamisant collectivement

Actions mises en oeuvre

- Comprendre la réalité : recherche-action de 2001 à 2003
- Mettre un visage sur la réalité : à partir de 2003, actions de sensibilisation : mise en lumière des femmes à travers la culture et la réalisation d’un film, d’une pièce de théâtre, d’émissions de radio et d’un documentaire sonore. Ces supports de sensibilisations sont à destination du réseau associatif, institutionnel et politique de Grenoble, mais également du grand public au niveau national.
- Agir selon les besoins repérés : création de l’accueil de jour le 27 décembre 2004
• Ouverture 3 jours par semaine, lundi, mercredi et vendredi de 11h à 17h
• Accès aux soins primaires : salles de bain, chambre de repos, repas partagés
• Accompagnement individuel (logement, santé, administratif, juridique, lien familial ou emploi) : ponctuel ou sur la durée, permanence santé (présence régulière d’une professionnelle pour répondre aux questions ou demandes d’orientation). Selon les demandes de la personne, sans obligation : souplesse et principe de non-abandon.
• Accompagnement collectif : réunions mensuelles du local des femmes (conseils de vie sociale où les personnes accueillies peuvent faire des retours et des propositions sur le lieu), sorties culturelles, projet collectifs (ex : collaboration mensuelle avec un maraîcher pour travailler avec lui ; groupe de travail avec ATD Quart Monde et la MRIE sur le placement des enfants…)
- Démarche d’aller-vers : le mardi et le jeudi, 5 permanences hebdomadaires dans des structures d’accueil de jour mixtes et d’hébergement d’urgence et 1 maraude : repérage, création de liens avec les femmes plus désocialisées, hors accueil.

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- Accueil : en 10 ans, 700 femmes différentes accueillies soit près de 13000 passages. Environ 130 femmes par an, dont environ la moitié de nouvelles femmes qui viennent pour la 1ère fois. Profils variés (errance ou difficulté de logement, seule ou en famille, avec ou sans papier, minimas sociaux ou sans revenu), mais constat d’une évolution ces dernières années : plus de femmes étrangères, plus de femmes avec enfants, plus de jeunes femmes.
- Aller vers : environ 200 femmes rencontrées à l’extérieur par an
- Sensibilisation des acteurs de terrain : meilleure prise en compte des femmes dans la mise en place d’actions à destination des SDF, sollicitations pour présenter le projet dans d’autres villes.
- Impact social : en 2014, environ 200 démarches d’accompagnement individuel pour 65 femmes, qui ont pu déboucher sur des mises à l’abri, des reprises de démarche de soin ou de contact avec un référent social, etc..

Originalité du programme

- Approche genrée : seule association exclusivement centrée sur les femmes en errance, aspect qui n’était pas du tout pris en compte dans les années 2000 (premier accueil de jour spécifique pour les femmes à son ouverture).
- Approche globale du travail social : volonté de placer le travail social dans une dynamique première de création de la relation pas uniquement centrée sur l’ouverture de droits, mais plutôt sur le parcours qui y mène. Maintien du lien à la fois individuel et collectif (action simultanée sur les deux axes pour ne pas rester centré sur les difficultés individuelles mais encourager le partage d’expérience). Le rôle de l’accueil de jour n’est pas l’accompagnement social global, mais de faciliter l’émergence d’une demande et sa prise en charge par les services compétents. La présence et le lien social contribuent à réduire les ruptures dans les parcours et à maintenir un suivi social.
- Vraie démarche participative : lieu imaginé et pensé avec les femmes en errance (choix des locaux, rénovation et décoration), participation au fonctionnement de la vie du lieu et de l’association (adhésion de certaines femmes à l’association et droit de vote aux AG)
- Sortir de l’assistanat : bien qu’agissant dans un contexte d’urgence, volonté de l’association de décaler l’action du caritatif, de la consommation et de l’assistanat, pour donner aux personnes accueillies le statut d’actrices et pas de bénéficiaires passives.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

- Permanences hebdomadaires : accueils de jour mixtes (Fournil, Point d’eau, Accueil SDF, Secours Catholique) et Centre d’accueil intercommunal
- Implication dans la Coordination des accueils de jours en Isère
- Partenariats culturels pour la sensibilisation : Compagnie « Les belles oreilles » pour le documentaire sonore, Compagnie « L’envol » pour la pièce de théâtre
- Accompagnement social/Orientations : 115, centres d’hébergement, Conseil Général, pensions de famille, Centre d’accueil intercommunal, Médecins du Monde, EMLPP (Equipe Mobile Lien Psychiatrie Précarité), médecins, le Roseau, POPS 38, SALTO, Maison des familles, crèches, CCAS, SIAO (Services Intégrés d’Accueil et d’Orientation), POHI (Pôle Orientation Hébergement Insertion)
- Réflexion : MRIE (Mission Régionale d’Information sur l’Exclusion) et ATD Quart Monde, pour la mise en place d’un groupe de travail sur le placement des enfants, afin de partir du vécu des personnes et construire une analyse permettant de mettre en avant les dysfonctionnements et proposer une transformation sociale

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- Financements : baisse des financements publics et non pérennité des subventions privées, et réticence par rapport à la prise en compte de publics spécifiques (tendance à généraliser les actions et les programmes)
- Evaluation : Décalage entre les attentes institutionnelles, qui demandent des résultats quantitatifs et formalisés, et les réalités de l’action de terrain, qualitative et de long terme, peu quantifiable et souvent peu visible. Attente et demande de toujours se développer et se renouveler alors qu’il est déjà difficile de sauvegarder et pérenniser le socle stable qui existe.
- Accueil du public : explosion du nombre de femmes accueillies et diversification des situations et des problématiques, saturation des dispositifs d’accueil et d’accompagnement en parallèle.
- Mise en valeur et communication : la gestion quotidienne et l’urgence du terrain rend difficile de consacrer du temps à mettre en valeur et communiquer sur les actions de la structure auprès des financeurs et du grand public.

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

- Financements : Recherche de nouveaux financements et diversification des bailleurs, très chronophage mais nécessaire et réflexion sur la spécificité de l’action pour justifier les choix et leur pertinence
- Accueil du public : Mise en place de partenariats pour répondre à la saturation des dispositifs (permanence sociale en cours de mise en place)

Améliorations futures possibles :

- Communication : Embauche d’un service civique pour travailler sur des missions spécifiques de mise en valeur et de communication sur les actions de l’association ; Organisation d’un événement pour les 10 ans de l’ouverture de l’accueil de jour le 16 octobre 2015
- Projet de déménagement des locaux pour s’adapter à la montée du nombre de personnes accueillies et améliorer la qualité d’accueil
- Organisation de nouvelles permanences au sein de l’accueil de jour, notamment sur les questions de suivi social

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- Notion de « réfléchir avant d’agir » : le travail de recherche avant la mise en place d’action renforce la légitimité du projet auprès des politiques et des financeurs, et permet de réfléchir avec les bénéficiaires pour ne pas imposer une action déconnectées des besoins et de la réalité de terrain.
- Implication des personnes concernées à tous les niveaux, depuis la définition du projet jusqu’à la gestion du lieu et de l’association
- Travail en partenariat et en lien avec l’extérieur : ne pas rester fermé sur soi, s’intégrer dans des réseaux et des actions transversales, se rassembler autour d’une identité commune pour mieux se faire entendre, amener des compétences spécifiques. S’impliquer dans des réflexions plus larges et des réseaux qui prennent du recul sur l’action.
- Penser l’individuel et le collectif simultanément pour créer de la citoyenneté
- Diversification des financements pour ne pas être dépendant d’une seule source
Conseils pour généraliser :
- L’implantation locale est essentielle : le projet doit être adapté aux spécificités et aux besoins du territoire sur lequel il s’implante. Une bonne connaissance des acteurs locaux est essentielle afin de créer une action complémentaire et qui ne se superpose pas à l’existant.
- Recherche-action et prise en compte de la parole des femmes est essentielle : c’est la démarche participative qui a du sens, il ne faut pas en faire l’économie

Idée de sujet(s) de recherche fondamentale ou appliquée, utile(s) pour le présent programme :

Avoir une évaluation externe et objective du projet, de sa pertinence et de son action

Pour en savoir plus

Consulter les réalisations de l’association : http://association-femmessdf.fr/nos-publications-et-realisations


Partager cette fiche
Télécharger la fiche