Logo Takam Cosmétique

La transformation du karité, une voie pour le développement socioéconomique des femmes du Burkina

Résumé : Grâce à la transformation du beurre de karité en cosmétiques qu'elle a débuté en 2002, Martine Kaboré fédère aujourd'hui des centaines de femmes paysannes autour de cette activité. Son fort esprit entrepreneurial la pousse à conquérir de nouveaux marchés africains, et son entreprise prend de l'essor

lauréat Candidat au Prix des Femmes Marjolaine 2014

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : 2002
  • Lieu de réalisation : Ouagadougou
  • Budget : 201520 €
  • Origine et spécificités du financement : Fonds de solidarité prioritaire- Genre / Ministère français des Affaires étrangères

Organisme(s)

  • Takam Cosmétique
  • S/C BP 810 Ouagadougou 10
  • 810 Ouagadougou
  • Salariés : 20
  • Bénévoles : N/C
  • Adhérents : 403

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  10/10/2014 00:00
Solution(s) : Développement territorial Economie solidaire Emploi
Pays :  Burkina Faso
Envergure du programme :  Internationale
Opérateur(s) :  Association, ONG
  • Bénéficiaires :  Femmes
  • Domaine(s) :  Économie, Coopération

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « Agissons ensemble contre le décrochage scolaire »

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : KABORE Martine , « La transformation du karité, une voie pour le développement socioéconomique des femmes du Burkina », **Journal RESOLIS** (2014)

Origines et contexte du programme

Rimtereb Som fait partie des cinq groupements urbains ayant bénéficié d’un appui continu du Gret depuis 2006 notamment sur les volets « technicités d’extraction du beurre de karité » et « appui à la conquête du marché national et sous régional ». L'action du Gret auprès de ces organisations vise un meilleur accès aux marchés nationaux et sous-régionaux, à travers le renforcement des compétences commerciales, l’amélioration de la qualité des produits, la réalisation d’actions de prospection, de promotion et d'extension des circuits de distribution. Aujourd’hui, l’ambition de Martine Kaboré est d’investir le marché national et sous régional avec des produits de qualité supérieure à ceux présents sur le marché local. Ainsi, elle participe à la plupart des manifestations commerciales nationales et sous régionales en vantant la qualité de ses produits. Son souci est de créer, d’innover pour maintenir une longueur d’avance sur ses concurrents qui ont plus de moyens logistiques et productifs.

Objectifs du programme

Les objectifs du projet étaient les suivants :
- diversifier et améliorer la gamme de produits cosmétiques dérivés du beurre de karité ;
- améliorer le packaging des produits du karité (emballage et étiquetage)
- améliorer la distribution des cosmétiques du karité sur les marchés nationaux et sous régionaux ;

Actions mises en oeuvre

L'action du projet a consisté à accompagner vers la diversification des produits cosmétiques mis sur le marché, l’amélioration de l’accès aux marchés nationaux et sous régionaux, et la promotion de leurs produits auprès des consommateurs urbains. Les actions menées au cours du projet au niveau des associations/unions en milieu urbain :
o Amélioration de la qualité, de la présentation et de la diversité des produits des associations/unions ;
o Amélioration des compétences commerciales, de gestion de la production et de la clientèle ;
o Accès au marché des associations/unions ;
o Promotion des produits des associations/unions

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

Les résultats sont essentiellement de trois ordres : l’élargissement de la gamme de produits mis sur le marché: l’association Rim Tereb Som met sur le marché environ quinze variantes de savons de toilette, de pommades corporelles et capillaires, etc. La qualité des produits s’est nettement améliorée avec l’accompagnement du programme. L’accès au marché national et sous régional est satisfaisant, avec une vingtaine de revendeurs à Ouagadougou et tout autant au Sénégal. Les chiffres d’affaires réalisés lors de sa participation aux manifestations commerciales nationales et sous régionales (foires et salons tels que le SIAO, la FIARA, la FIDAK) sont en constante augmentation. Takam Cosmetique qui est la marque crée par l'association produit annuellement plus de 25 000 unités de pommades au karité, 25 000 types de savons de toilettes. Elle emploie directement 20 personnes dont 17 femmes et 3 hommes et achète à 200 femmes paysannes le beurre à un prix supérieur à celui du marché.

Originalité du programme

La marque Takam Cosmétique appartient à l'association Rim tereb som, et les membres se soutiennent à travers des actions de solidarité. Par exemple, plusieurs femmes ont bénéficié de crédit pour l'achat d'un vélo. Avec l'argent issu de la vente du beurre, les femmes prennent en charge la scolarité de leurs enfants, les frais médicaux lorsqu'ils sont malades, et participent à l'achat des vivres surtout en période de soudure.C'est tout l'impact socio-économique de cette activité qui permet aux femmes paysannes de relever la tête dans leur communauté.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

Ces actions ont été possibles grâce à l'appui de l'ONG française Gret qui a mis en oeuvre son programme karité. Comme il s'est déroulé dans le cadre d'un consortium d'ONG opérant avec le financement du MAE, l'association a pu rencontrer plusieurs autres associations avec qui elle a échangé sur les pratiques, les défis liés à leurs activités.

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

Les difficultés rencontrées sur le terrain dans la mise en oeuvre des actions par le Gret:
- Méconnaissance des produits mis sur le marché par les consommateurs, ce qui limitait les chiffres d'affaires dans les points de vente;
- les formations dispensées pour améliorer la production et l'écoulement des produits sur les marchés locaux n'ont pas été suivies par les leaders des associations appuyées dans le cadre du programme, ce qui a limité son impact sur les organisations;

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

Pour faire face à la première difficulté évoquée, le Gret a multiplié des actions de communication et de promotion des produits dérivés du karité sur les différents points de vente, afin d'informer les consommateurs sur la présence des produits, leur qualité, etc. Aussi, le programme a financé la participation des associations à plusieurs manifestations commerciales au Burkina et au Sénégal, afin de les aider dans la promotion de leurs produits. Pour faire face à la seconde difficulté, le Gret a sensibilisé les présidentes d'associations sur leur engagement dans la mise en œuvre du programme, condition indispensable pour un véritable impact des actions menées. Les autres ateliers/formations qui ont suivi ont connu la pleine participation de toutes.

Améliorations futures possibles :

Le renforcement des capacités techniques, notamment sur les formulations des cosmétiques naturelles, le renforcement des capacités commerciales pour de meilleures prospections et le renforcement des capacités de production, sont les actions prioritaires dont les associations ont besoin dans un proche avenir.

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

Les facteurs de réussite d'un tel programme sont avant tout l'engagement des organisations elles-mêmes dans la vision portée par le programme: il faut donc s'inscrire dans la vision qu'elles ont afin de les aider à la réaliser et non pas "créer" pour elles une vision qui ne corresponde pas à la leur. Il faut aussi privilégier les échanges sur les pratiques des autres, à travers des ateliers de partage qui sont de véritables cadres d'apprentissage pour ces femmes qui souvent n'ont pas bénéficié de formations.

Références bibliographiques

Nfon Dibie A. " Le beurre de karité à la conquête des marchés locaux", revue Grain de sel n° 58 Avril-Juin 2012
NFON DIBIE A. « Le karité : Préserver l’arbre et favoriser le développement économique et social des femmes au Burkina », Rapport « Systèmes de production durable en zone sèche : quels enjeux pour la coopération au développement? » MAEE 2012

Partager cette fiche
Télécharger la fiche