Logo EHPAD Saint Barthélemy - Fondation Saint Jean de Dieu

La retraite d’anciens sans-abris à l'unité Saint-Roch

Résumé : Depuis 2006 à Marseille, l'Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) Saint-Barthélémy accueille et accompagne 34 personnes en situation de grande précarité. L’autorisation de la consommation d’alcool et les allées et venues sans contrainte permet d’accueillir des seniors Sans Domicile Fixe (SDF). Ces projets d’accompagnement spécifiques s’inscrivent dans une démarche de réduction des risques.

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : 2006
  • Lieu de réalisation : Marseille
  • Budget : 11813000 €
  • Origine et spécificités du financement : Agence Régionale de Santé (ARS), région PACA et aide sociale départementale (principalement celle du Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône)

Organisme(s)

Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  08/09/2016
Appréciation(s) du comité : Innovant ! Source d’inspiration !
Solution(s) : Exclusion et isolement Santé
Pays :  France, Provence-Alpes-Côte d'Azur
Envergure du programme :  Locale
Opérateur(s) :  Fondation
  • Bénéficiaires :  Seniors, Sans abris, Bottom Of the Pyramid (BOP)
  • Domaine(s) :  Santé, Logement

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « Pauvreté France » (2016)

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : MOREL David , « La retraite d’anciens sans-abris à l'unité Saint-Roch », **Journal RESOLIS** (2016)

Origines et contexte du programme

L’Etablissement d'Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) Saint-Barthélemy est un établissement privé à but non lucratif, fondé en 1852 et géré depuis 2012 par la Fondation Saint Jean de Dieu (reconnue d’utilité publique). Cet EHPAD, implanté à quelques kilomètres du vieux port de Marseille, vise à apporter un soutien moral et matériel à toute personne âgée pour favoriser leur développement, autonomie et insertion. En 1999, un partenariat avec le Centre d'Hébergement et de Réadaptation Sociale Forbin de la Fondation Saint Jean de Dieu (accueil de nuit d'urgence) est noué pour répondre à la problématique d’errance des hommes âgés. Depuis 2006, l'Unité Saint-Roch, située au dernier niveau du bâtiment Saint-Richard, accueille d'anciens sans-abri, dans le but de répondre à leurs besoins spécifiques : admission à un âge relativement jeune pour un EHPAD, parcours de vie atypique (alcool, rupture du lien familial, …), réticences vis-à-vis d’un parcours de soins, besoin d’une procédure d’admission spécifique parfois longue pour obtenir le consentement des personnes, le fait de devoir former spécifiquement du personnel …

Objectifs du programme

Pour l’Unité Saint-Roch : accueillir et accompagner les personnes issues de la rue et de la grande précarité dans leur projet de vie

Actions mises en oeuvre

Fonctionnement de l’Unité :

- Conditions d’admission : personnes de plus de 60 ans (sauf dérogation du Conseil départemental), critères de précarité et pas nécessairement de dépendance
Pour l’unité Saint-Roch, les admissions peuvent être réalisées en urgence ou avec un délai plus long si la personne est déjà accueillie dans une structure sociale. Visite de la personne avant son admission, même si elle est à la rue. Le consentement de la personne est la condition sine qua non pour son admission.

- Orientation notamment par le CHRS Forbin, Habitat Alternatif Social, le Samu Social, les centres d’hébergement d’urgence, les services sociaux des urgences hospitalières

- Intégration des nouveaux résidents et formalisation de leur projet de vie individualisé
- Sensibilisation et création de dialogue pour favoriser les conditions du vivre ensemble (ex. : intervention de Mathieu Fieulaine de l'association « Santé ! »)
- Activités au sein de l’unité : loto, activités culinaires, ping-pong, jeux, goûters à thème, projection de films, barbecue…
- Activités au sein de l’EHPAD proposées par les animateurs de l’établissement : ateliers jardinage et mosaïques, cinéma le dimanche, après-midi dansantes, kermesse, braderie… Les soignantes sont mobilisées pour l’accompagnement des résidents et motiver leur participation.
- Suivi de santé particulier. Le suivi est adapté au parcours des résidents, leurs habitudes de vie. Face à ces situations différentes, plusieurs intervenants sont mobilisés en plus du corps médical de l’établissement, psychiatres, addictologues, associations, bénévoles, psychologues

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- 2006 : accueil de 34 personnes dont 25 personnes ont vécu dans la rue (245 lits installés au total dans l’EHPAD Saint Barthélemy)
- Rupture de l’isolement : l’Unité est devenue un lieu d’ancrage et d’enracinement ; les équipes d’aides-soignantes deviennent « leur seule famille ».
- La plupart des résidents décèdent à Saint-Roch, en moyenne à l’âge de 70 ans (bien plus jeunes que dans les autres EHPAD).
- Tarif moyen journalier pour un hébergement et les soins : 128.66 €
- âge moyen des personnes accueillies : 72.5 ans
- Durée Moyenne de Séjour : près de 8 ans
- Taux d'occupation de l'unité : plus de 97 % en moyenne
- L’alcool, en dehors du vin à table, est financé avec l’argent des résidents, pour la plupart à l’aide sociale, ce qui représente environ 100 euros par mois.
Dans l’ensemble l’accompagnement à la consommation d’alcool apporte une réduction des consommations, et surtout une consommation raisonnée moins emprise à l’impulsivité et limite le risque des conduites à risques et d’endettement.

Originalité du programme

Cette unité est pionnière en matière d’accueil et d’accompagnement de seniors issues de la grande précarité. Il n’existe que 4 maisons de retraite de ce type en France (Nanterre, Dijon et La Rochelle). L’EHPAD Saint-Barthélemy est le seul établissement à autoriser l’alcool dans l’accompagnement.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

Agence Régionale de Santé (ARS), Conseil départemental des bouches du Rhône, Habitat Alternatif Social, SAMU social, Armée du salut, Les Petits Frères des Pauvres et association « Santé ! »

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- Climat délétère pendant la période où l’alcool était interdit (à l’exception du quart de vin servi lors des repas) : violence, bagarres dans la salle à manger, méfiance envers les salariés, mise en danger (accidents en ville), éclats de voix…
- Difficultés face à la question de l’hygiène : trouver la bonne position face au refus, arriver à instaurer une fréquence raisonnable de toilette malgré l’opposition. Les résidents peuvent être touchés dans leur égo ou leur estime de soi face à l’aide apportée.

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

- Réflexion sur la gestion des risques par un anthropologue
- L'autorisation de la consommation de l'alcool a d’abord été réservée à une seule personne puis expérimentée à l'ensemble de l'Unité.
- Convaincre l’équipe soignante du bien-fondé de l’autorisation (l’arrêt complet de l’alcool peut être dramatique pour la santé de certains pensionnaires)
- Formation continue : le projet d’établissement est alimenté par la capitalisation des approches individualisées et par les réponses données.

Améliorations futures possibles :

- En 2017 : évaluation du projet et essaimage dans d'autres unités
- Accueillir d'anciens détenus

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- La Liberté donnée aux résidents : l’unité s’adapte à eux
> concernant la consommation d’alcool : si l’alcool était interdit, beaucoup de pensionnaires quitteraient l’unité
> concernant leurs mouvements et leurs horaires : dans la rue, pour quelques heures, quelques jours ou quelques mois…
- La Relation de confiance : les personnels soignants en relation directe avec les résidents sont affectés de manière permanente à chaque unité de vie. Secret professionnel de tous les intervenants
- Le Système de consommation d’alcool :
> mis en place avec l’accord des pensionnaires
> les quantités d’alcool selon le budget des résidents (Le Conseil général des Bouches-du-Rhône récupère leurs pensions de retraite pour financer leur prise en charge à l’EHPAD et leur en reverse 10 %, soit en moyenne 100 € mensuels, utilisé pour acheter leur alcool)
- Participation des résidents à la conception et à la mise en œuvre de leur projet d’accompagnement

Pour en savoir plus

Quelques témoignages de résidents dans un article de Libération paru le 25 mai 2015 :
http://www.liberation.fr/societe/2015/05/24/sans-abri-chopine-et-dependances_1315883

Reportage de l’émission de France 5 In Vivo consacré à l’accompagnement des résidents de Saint-Roch Octobre 20136
https://www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=og1_4sMeynU

Reportage du 20 h. de TF1 du 19 novembre 2014 :
http://www.ehpadsaintbarthelemy.fsjd.fr/2014/actualites/l-ehpad-saint-barthelemy-sur-tf1


Partager cette fiche
Télécharger la fiche