Logo Centre pilote Lamap Paris-Goutte d'Or, Ecole élémentaire Cavé

La démarche d'investigation au Centre pilote Lamap Paris-Goutte d'Or

Résumé : Depuis 2009, l’école élémentaire Cavé, située en ZEP à Paris, héberge le centre de ressources d’un centre pilote de la Fondation La main à la pâte (Lamap). Ce centre pilote regroupe plusieurs classes primaires dont les enseignants s'engagent volontairement à enseigner les sciences selon une démarche d'investigation.

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : 2009
  • Lieu de réalisation : Paris
  • Budget : 3500
  • Origine et spécificités du financement : Fondation Lamap, Crédit académique, Fonds pour les ZEP, Fondation Seligmann

Organisme(s)

  • Centre pilote Lamap Paris-Goutte d'Or, Ecole élémentaire Cavé
  • 11 rue Cavé
  • 75018 Paris
  • Salariés : 3
  • Bénévoles : N/C
Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  08/09/2014
Appréciation(s) du comité : Source d’inspiration !
Solution(s) : Education
Pays :  France, Île-de-France
Envergure du programme :  Nationale, Locale
Opérateur(s) :  Fondation, Établissement Public
  • Bénéficiaires :  Professionnels, Elèves, étudiants
  • Domaine(s) :  Science, Éducation, Formation

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « Pauvreté France »

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Perruchon Danièle , « La démarche d'investigation au Centre pilote Lamap Paris-Goutte d'Or », **Journal RESOLIS** (2014)

Origines et contexte du programme

Depuis 1996, la Fondation La main à la pâte (Lamap) cherche à promouvoir l'apprentissage des sciences par la démarche d'investigation dans les écoles primaires et au collège, en France et à l’étranger. Elle a mis en place des centres pilotes, rassemblant plusieurs classes volontaires pour appliquer cette démarche, dont le Centre pilote Paris-Goutte d'Or. Le centre de ressources du centre pilote a été installé en 2009 à l'école Cavé, située en Zone d'Education Prioritaire (ZEP). En 2012, une convention (d’une durée de 3 ans renouvelable) a été signée entre tous les partenaires.

Objectifs du programme

- Contribuer à améliorer la qualité de l’enseignement de la science et de la technologie
- Aider les enseignants à mettre en œuvre une pédagogie d’investigation
- Développer l’égalité des chances pour tous les élèves, notamment au travers des sciences
- Stimuler l'esprit scientifique, la compréhension du monde et les capacités d’expression des élèves

Actions mises en oeuvre

ACCOMPAGNEMENT: Un Polytechnicien effectuant son stage civil, des étudiants issus d’universités scientifiques ou de grandes écoles ou des ingénieurs retraités, accompagnent les enseignants qui le souhaitent, pour construire et animer ensemble une séquence de 8 séances d'investigation en science ou technologie, sur une période de 8 semaines, à raison d’une séance par semaine.

FORMATEUR: Des enseignants formateurs transmettent la méthodologie et la pédagogie à employer pour animer ces séances.

RESSOURCES: Matériel (inventaire disponible sur le site internet de l'école et sur celui de la circonscription), documentation et modules pédagogiques ouverts à l'emprunt

VALORISATION:
- Exposition annuelle (la première à l'Ecole Cavé ; aujourd'hui, parcours dans les écoles du quartier)
- Référencement du centre sur le site internet de la Lamap, de l'école et de la circonscription

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- Au départ 3 écoles partenaires et une trentaine de classes (soit 750 élèves), aujourd’hui 12 écoles et 63 classes partenaires (soit 1500 élèves).
- Environ 205 classes accompagnées depuis l’origine (soit 5000 élèves)
- Nombre d'objets empruntés : 30 emprunts en moyenne par an
- En 2013-2014, 40 enseignants formés dans la circonscription (150 venant de toute l’académie de Paris)
- Enfants plus concentrés, plus curieux, plus tolérants (travail indirect sur la citoyenneté grâce aux questionnements), meilleure opinion de la science
- Impact positif sur l'ambiance générale de l'école
- Parents très passifs au départ mais aujourd'hui intéressés et investis

Originalité du programme

L'approche par l'investigation, qui s'appuie sur l’observation, le questionnement, le raisonnement, l'expérimentation, la modélisation et la recherche documentaire, a été choisie pour promouvoir les sciences auprès de jeunes publics. Les séances conçues permettent à la fois d'apprendre cette démarche aux enfants tout en leur transmettant des notions scientifiques et en structurant leurs connaissances. Les investigations faites lors des séances peuvent aussi faire appel à d'autres compétences et notions pour développer la langue orale et écrite, la précision du vocabulaire, etc.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

Les activités de n'importe quel centre pilote repose sur le partenariat. Pour Paris, les partenaires sont les suivants :
- Fondation Lamap (Académie des sciences, Ecoles normales supérieures de Paris et Lyon)
- Rectorat de l’Académie de Paris
- Collectivités : Ville de Paris, Mairie du XVIIIe
- Universités : Universités de Paris VI et Paris VII
- Autres : Fondation Seligmann, association Eole gérant le budget

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- Turn over des jeunes enseignants dans les quartiers sensibles
- L'enseignement des sciences n'est pas une priorité.
- Les enseignants ont des réticences à enseigner les sciences car ils estiment ne pas disposer des connaissances nécessaires (80% des enseignants possède une formation littéraire).
- L'absence de manuel est une autre difficulté pour les enseignants.
- Ressources humaines instables: il faut assurer la continuité de l’accompagnement les années sans étudiant polytechnicien.
- Difficultés pour évaluer l'impact qualitatif du dispositif, en particulier auprès des enseignants
- Recherche de fonds pour remplacer le matériel cassé

Améliorations futures possibles :

- Evaluer le nombre d'enseignants qui continuent à pratiquer cette démarche une fois leur accompagnement fini
- Une évaluation qualitative par des intervenants extérieurs venant de Lamap
- Améliorer le rayonnement des expositions et la communication en général
- Mieux intégrer la démarche d’investigation dans la formation des enseignants

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- Appui de la hiérarchie indispensable (notamment celui des inspecteurs)
- Les enseignants sont au cœur de l'initiative : ce sont eux d'ordinaire qui sollicitent la création d'un Centre pilote. Ils sont libres dans l'organisation des séances tout en respectant les programmes.
- Bien accompagner les enseignants dans la mise en œuvre d’une démarche par l’investigation
- Avoir un centre ressources, même modeste, suffit pour démarrer.

Pour en savoir plus

http://www.fondation-lamap.org/fr/page/17959/inauguration-du-centre-pilote-paris-goutte-dor

PRESENTATION DE LA FONDATION Lamap: cette Fondation de coopération scientifique, créée par décret en 2011, est fondée par l’Académie des sciences, l’École normale supérieure (Paris) et l’École normale supérieure de Lyon. Elle s’inscrit dans la continuité de l'opération La main à la pâte lancée en 1995 par l’Académie des sciences à l’initiative de Georges Charpak, prix Nobel de physique 1992.

AUTRES FACTEURS DE REUSSITE ET CONSEILS:
- Même si tous les Centres pilotes ont les mêmes engagements (formation, matériel et valorisation de l'enseignement), ils se singularisent en fonction des partenariats noués (possible avec une entreprise, cas recensé avec Michelin).
- S'enrichir des expériences des autres : des échanges pédagogiques réguliers ont lieu au travers des rencontres annuelles des centres pilotes et plus ponctuellement par l’accueil de délégations étrangères)
- Tous les partenaires apportent des moyens, qu’ils soient humains, financiers ou pour la gestion du budget.
- Beaucoup de motivation en raison de l'important investissement en temps à fournir.

NB: La démarche d'investigation est obligatoire dans les programmes d'enseignement élémentaire français depuis 2000 et l'enseignement scientifique y représente 81 heures par an au cycle 3.


Partager cette fiche
Télécharger la fiche