Logo L’Art Eclair

La création artistique ouverte à tous avec L’ART ÉCLAIR

Résumé : L’Art éclair est une compagnie de théâtre fondée en 2004, dont le but est de favoriser la création théâtrale pour sortir de l’isolement, mais aussi de sortir le théâtre de son isolement : la création des spectacles repose sur un travail commun entre des professionnels du spectacle et des publics dits « empêchés » avec pour objectif de présenter des créations de grande qualité, dans les lieux cuturels habituels ou inhabituels : friches, prisons…

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : 2004
  • Lieu de réalisation : L’Apostrophe-Scène Nationale de Cergy et la maison d’arrêt du Val d’Oise (pour la dernière création)
  • Budget : 81245 €
  • Origine et spécificités du financement : Région Ile de France et partenaires privés
  • Télécharger l’annexe n°1

Organisme(s)

Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  02/01/2017
Appréciation(s) du comité : Source d’inspiration !
Solution(s) : Culture, sport et loisirs
Pays :  France, Île-de-France
Envergure du programme :  Locale
Opérateur(s) :  Association, ONG
  • Bénéficiaires :  Universel, Personnes en situation de handicap, Détenus, Bottom Of the Pyramid (BOP)
  • Domaine(s) :  Culture

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « Pauvreté France » (2016)

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Vincent Séverine , « La création artistique ouverte à tous avec L’ART ÉCLAIR », **Journal RESOLIS** (2017)

Origines et contexte du programme

Le projet de l’Art Eclair a été motivé par une volonté de création originale, nourrie de rencontres avec des personnes (détenus, personnes sans abri ou bien personnes handicapées mentales) auxquelles on ne pense pas à poser les mêmes questions qu’aux autres, notamment sur l’amour, le rapport au temps etc. La création en 2004 de la compagnie prend donc ses racines dans une recherche d’un apport réciproque permettant de créer un spectacle le plus riche possible.

Objectifs du programme

Les objectifs du programme sont les mêmes que toutes les troupes de théâtre : Créer la plus belle pièce possible, en réunissant le plus de talents possibles, afin de créer une satisfaction à la fois chez les créateurs et comédiens et chez les publics qui viennent les voir. La spécificité de l’Art Eclair est une volonté de mélanger les populations pour réaliser ces créations.

Actions mises en oeuvre

Création d’un spectacle :
• Rencontres auprès de publics « empêchés » organisées pour nourrir l’écriture de la pièce : personnes en situation de handicap, les sans abris (Fracas), les détenus (Paroles du dedans), les seniors isolés, les habitants des quartiers défavorisés (Mortel vivant)…
• Ecriture de la pièce et représentation par une équipe composée de professionnels du spectacle : comédiens, techniciens et danseurs appartenant souvent à des troupes, en collaboration avec le public associé au projet.

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- L’évaluation quantittive des résultats n’est pas petinente pour une telle action : Le nombre d’individus concernés dépend des pièces, et les résultas de tels programmes ne sont pas tanginles sur le temps court.
Retours qualitatifs :
- Contat d’une fidélisation des participants et des publics
- Un contact maintenu entre la troupe et les participants au programme
- Retours très positifs des participants sur l’impact du travail sur leur vie : changement de perspectives, retour de la confiance en soi..
- Bonne couverture médiatique du projet (voir l’annexe)

Originalité du programme

- Le travail de la compagnie n’a pas de visée sociale : la perspective recherchée est avant tout artistique. Les individus sont mis sur le même plan et leur différence est ce qui constituera tant la force du spectacle que celle des rencontres qui s’y font. Il y a un refus de ghettoïsation d’un type de population.
- Les lieux de représentation sont eux aussi une originalité du projet : Les participants sortent de leur environnement quotidien (prison pour les détenus par exemple) en jouant dans d’autres lieux, mais jouent également dans leur milieu et ce sont aux publics de se déplacer et de rencontrer un autre monde.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

* Partenaires publics : La Région Ile-de-France (soutien au titre de la permanence artistique) et : le Ministère de la Culture, la DRAC Ile-de-France, L’Apostrophe-Scène Nationale de Cergy, la maison d’arrêt du Val d’Oise, le SPIP 95 (Pour la dernière création).
* Partenaires privés : La Coalition Française pour la Diversité Culturelle, La SPEDIDAM, La Banque Populaire-Rives de Paris, le Théâtre de Belleville

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- Difficultés financières : La troupe investit avant tout dans la création afin de satisfaire à ses exigences artistiques, il peut donc y avoir quelques défaillances structurelles et l’équipe dite permanente n’est en fait constituée que d’intermittents.
- Difficultés logistiques : Les participants ne peuvent pas toujours sortir de leur environnement comme les montages et représentations de spectacles l’exigeraient et le temps imparti pour effectuer les rencontres est parfois très court.

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

Recherche de financements publics et privés et une adaptation constante aux impératifs des terrains.

Améliorations futures possibles :

La volonté serait de constituer une équipe administrative solide (attaché de production, chargé de diffusion, presse…), en engageant des salariés permanents.

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

La réussite du programme repose sur son excellence et son exigence artistique. Le créateur de la troupe, Olivier Brunhes est convaincu que c’est au contact de l’excellence et par la création qu’un individu peut être bouleversé. C’est également un facteur de réussite car cela entraîne une adhésion du public, offrant une reconnaissance à l’ensemble de la troupe.

Références bibliographiques

Des barreaux et des planches, Florence Aubenas, Le Monde, 8 jan. 2016

Pour en savoir plus

Partager cette fiche
Télécharger la fiche