Logo Fédération Régionale des CIVAM Occitanie

Ensemble pour la mise en place d'une filière meunerie locale sur le Causse Méjean, en Occitanie

Résumé : Depuis 2012, un collectif d’agriculteurs et de ruraux du Causse Méjean en Occitanie, met en place une filière meunerie locale et la réhabilitation d'un moulin à vent. Acteurs de la filière et de la valorisation du patrimoine local, ils agissent ensemble pour mieux maîtriser leur alimentation, développer des pratiques écologiques et faire vivre leur territoire.

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : décembre 2012
  • Lieu de réalisation : Causse Méjean (Lauzère)
  • Budget : 65000 €
  • Origine et spécificités du financement : Fondation Daniel et Nina Carasso, Région Languedoc-Roussillon, Conseil Départemental de Lozère, Parc national des Cévennes, Léa Nature, LEADER (envisagé)

Organisme(s)

  • Fédération Régionale des CIVAM Occitanie
  • Mas de Saporta Maison des agriculteurs Bât B CS 500 23
  • 34875 Lattes
  • Salariés : 7
  • Bénévoles : N/C
  • Adhérents : 1500
Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  07/05/2018 00:00
Solution(s) : Agriculture et alimentation Développement territorial
Pays :  France, Occitanie
Envergure du programme :  Locale
Opérateur(s) :  Mouvement citoyen, Association, ONG
  • Bénéficiaires :  Population rurale
  • Domaine(s) :  Économie, Alimentation, Agriculture

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « Alimentation responsable et durable » (2016)

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Mulle Alice , « Ensemble pour la mise en place d'une filière meunerie locale sur le Causse Méjean, en Occitanie », **Journal RESOLIS** (2018)

Origines et contexte du programme

Au XVIIIème siècle, la céréaliculture était dominante sur le Causse Méjean où cinq moulins à vent tournaient. L'enjeu de préservation du patrimoine naturel et culturel reconnu (Parc national des Cévennes, Patrimoine mondial de l’Unesco …) est primordial pour les habitants et agriculteurs du Causse. Dans ce territoire particulièrement isolé et peu peuplé (1,4 hab/km²), le maintien de la population, des emplois et des services représente un équilibre très fragile et est un enjeu majeur. C’est pourquoi, les élus locaux et les habitants œuvrent pour la mise en place de relations sociales et économiques de proximité telles que la filière farine locale et la restauration du moulin à vent de la Borie le permettent. C'est un large consortium d'acteurs qui s'investit dans ce projet pour faire vivre le territoire.

Objectifs du programme

- Mieux maîtriser son alimentation (origine, prix, qualité)
- Adopter une démarche environnementale
- Garantir et sécuriser une production locale de céréales de qualité
- Participer au développement économique et à la création d’emploi, renforcer l’attractivité du territoire
- Fédérer les habitants (agriculteurs notamment) grâce à une démarche collective et à la réappropriation du patrimoine

Actions mises en oeuvre

- Étude préalable de faisabilité et co-construction de la filière meunerie en circuit court: comprendre les critères de réussite de cette filière locale et accompagner les acteurs locaux vers sa mise en place
- Structuration de l'association la Farine du Méjean pour rassembler les acteurs opérationnels de la filière et gérer la marque déposée « Méjeanette ». Création d'un sachet pour le pain et la baguette qui met en valeur l'histoire du projet.
- Trois années d’essais de culture (adaptation des pratiques pour une production de qualité, respectueuse de l’environnement), mouture, panification et élaboration d’une recette de pain commune avec les boulangers locaux
- Restauration du Moulin à vent de la Borie et mise en fonctionnement fin octobre 2017 avec recrutement d'un meunier. Le meunier a été choisi par l'association et la commune de Hures la Parade, il loue le moulin à la commune et a ouvert son activité. Un contrat d'approvisionnement exclusif chez les agriculteurs de l'association a été signé tandis qu'un contrat d'utilisation de la marque la Méjéanette. Production de farine de blés (modernes et anciens), grand épeautre, petit épeautre, seigle, sarrasin, produits par les agricultures adhérents en bio et en conventionnel, puis vendue aux boulangers adhérents.
- Implication des habitants via la mise en place de projets de conservation de semences anciennes dans les jardins de particuliers (distribution de graines anciennes, semence dans les jardins puis récoltes pour multiplier puis échanger avec les agriculteurs).
- Visite pédagogique et touristique : démarrage mai 2018 (recrutement d'une personne pour l'accueil)

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- Mobilisation effective des acteurs autour du projet : 16 agriculteurs, 4 boulangers, le meunier du moulin de la Borie, une dizaine de familles de la commune qui ont semé des variétés anciennes de céréales. En 5 ans de projet, les agriculteurs bio et conventionnels reconnaissent le changement dans leurs discussions et signalent l'importance de ne pas se séparer, ils travaillent dans un groupe large d'échange de pratiques.
- En 2017/2018 : 60 hectares ont été semés dont on espère 120 tonnes de céréales à la fin de l'été. Depuis la mise en fonctionnement du moulin, ce sont 15 tonnes de farines qui ont été produites au moulin. La commercialisation des farines se fait en priorité aux boulangers adhérents et les excès sont vendus à des boulangers qui "testent" la farine.
-Excellent retour des consommateurs : il faut se lever tôt le matin pour avoir une baguette faite à partir de la Méjéanette.
- Ce sont déjà 2 emplois qui ont été créés (meunier + accueil pédagogique), sur une commune de 400 habitants où l'emploi et l'attractivité du territoire sont des enjeux cruciaux , cela a un impact significatif.

Originalité du programme

Chaque acteur se retrouve dans ce projet de territoire avec la mise en place de cette filière meunerie locale (sociaux, environnementaux, économiques), permettant de répondre à la variété des enjeux. Le groupe d’agriculteurs a su se rassembler au-delà de divergences sur les pratiques (agriculture bio VS agriculture conventionnelle), l’intérêt commun primant sur le reste. « Nous sommes peu nombreux sur le Causse-Méjean, nous devons agir ensemble, dans notre diversité, pour faire vivre le territoire », explique un agriculteur. La FRCIVAM Occitanie a permis d’asseoir la coopération entre acteurs grâce à des techniques d’animations originales basées sur la sociocratie et les travaux du GERDAL (recherche co-active de solutions au sein d’un collectif d’agriculteurs et ruraux).

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

Gouvernance opérationnelle du projet : la FRCIVAM Occitanie assure l’articulation entre tous les acteurs du projet-
Partenaires opérationnels : Commune de Hures la Parade (maîtrise d’œuvre de la restauration du moulin, développement économique), association la Farine du Méjean (développement de la filière locale), collectif la Toile du Méjean (valorisation patrimoniale et touristique du moulin à vent), le Syndicat Mixte du Grand Site (développement touristique, valorisation des ressources locales), propriétaire du moulin, meunier.
- Partenaires financiers : Fondation Daniel et Nina Carasso (avec appui technique pour l’évaluation d’impact du projet), Région Languedoc-Roussillon, Conseil Départemental Lozère, Parc national des Cévennes, GAL Causses et Cévennes.

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

La diversité des acteurs et des enjeux complexifie les prises de décisions. C’est un projet qui se construit sur un pas de temps long, difficile à synchroniser avec les délais limités fixés par les cadres de financement. Après une concertation publique pour lancer la filière, des groupes de travail plus techniques (ex : agriculture, boulangerie) ont écarté les consommateurs (habitants du Causse-Méjean) de la construction du projet.
Cela rend également difficile la construction d'un message commun. Des nuances d'interprétation amènent parfois à des incompréhensions pour les consommateurs.

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

- La gouvernance mise en place (groupes de travail techniques, conseil d’administration de l’association la Farine du Méjean, comité de pilotage restreint pour assurer l’articulation entre les différents volets du projet), a permis de faciliter les échanges et le consentement général.
- Pour assurer une continuité du projet, le projet diversifie les sources de financement (publics et privés) pour l’animation mais la démarche est chronophage. Par l’organisation de comités d’orientation annuels ouverts à l’ensemble des partenaires financiers et opérationnels, il est nécessaire de veiller à les impliquer dans la construction du projet pour mieux pérenniser les relations.
- Enfin, dans le but de favoriser l’appropriation du projet par les habitants, un travail à la mise en place de cycles d’animations pédagogiques sur la filière du grain au pain sur le Causse Méjean, est réalisé. De plus, un projet de conservation de blés anciens invite les habitants à semer dans leurs jardins.
- Un travail sur la communication est fait pour afficher une définition plus claire du projet. Rôle de la charte.

Améliorations futures possibles :

- La charte "méjéanette" est en cours de finalisation pour garantir la qualité des produits de la filière, c'est à dire depuis la production (cahier des charges bio, pour le conventionnel limite les intrants chimiques, interdit le glyphosate, ...) à la meunerie (engagement envers l'association et les différents acteurs) et la boulangerie (pain sans additif).
- La construction d'un bâtiment de stockage collectif est en projet.

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- La forte identité territoriale renforce la volonté de chacun de participer à un projet qui fasse vivre le Causse. Le projet est structuré de façon à agréger de manière complémentaire les compétences des différents partenaires et corps de métiers. Il rassemble des acteurs d’horizons divers, afin de favoriser l’émergence de savoirs et pratiques nouvelles, et de permettre l’échange de connaissances. Le projet cherche à rester à l’écoute des attentes des habitants et intégrer dès l’amont les collectivités et tous les partenaires qui pourraient apporter leurs compétences pour la mise en œuvre du projet.
- Quel que soit le contexte territorial, les éléments de méthodologie apportés par le GERDAL permettent de bien appréhender les dimensions pluri-acteurs et ascendante et de mener à la réalisation de projets qui répondent aux préoccupations locales.
- La personne du meunier a été fondamentale pour la poursuite du projet. Il était indispensable qu'il s'agisse d'un vrai professionnel avec un réseau et du savoir-faire pour rassurer l'ensemble des acteurs impliqués, après tant d'efforts pour le lancement de la filière.

Idée de sujet(s) de recherche fondamentale ou appliquée, utile(s) pour le présent programme :

- Étude ethnobotanique sur les céréales panifiables du Causse Méjean : recueillir des informations sur les blés traditionnellement cultivés sur le Causse et leurs itinéraires culturaux.
- Qualités nutritionnelles des produits de la filière farine du Méjean (pains aux variétés anciennes de blés notamment).

Références bibliographiques

Darré, J.P. "La recherche co-active de solution entre agents de développement et agriculteurs" Editions GRET, CNEARC, GERDAL (2006)

Partager cette fiche
Télécharger la fiche