Logo Les p’tits chantiers de la vie

Des petits chantiers d’aménagement de chambres d’enfants pour de meilleurs liens familiaux et éducatifs

Résumé : A travers son programme «Une nouvelle chambre pour mieux se construire », l’association parisienne, Les p’tits chantiers de la vie, propose de rénover et décorer des chambres d’enfants défavorisés de façon à favoriser leur épanouissement et réussite scolaire.

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : 2012
  • Lieu de réalisation : Paris
  • Budget : 50000 €
  • Origine et spécificités du financement : Contributions des bénéficiaires, Département de Paris (Direction de l'Action Sociale de l'Enfance et Santé), Fondation de France, Entreprises (Peintures de Paris, Leroy Merlin, Bricorama, Alinéa...)
  • Télécharger l’annexe n°1

Organisme(s)

Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  02/11/2015
Appréciation(s) du comité : Source d’inspiration ! Programme récent - doit faire ses preuves
Solution(s) : Education Exclusion et isolement Logement
Pays :  France, Île-de-France
Envergure du programme : 
Opérateur(s) :  Association, ONG
  • Bénéficiaires :  Enfants de moins de 5 ans, Adolescents
  • Domaine(s) :  Logement, Éducation, Formation

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Touré Eugénie , « Des petits chantiers d’aménagement de chambres d’enfants pour de meilleurs liens familiaux et éducatifs », **Journal RESOLIS** (2015)

Origines et contexte du programme

Les p’tits chantiers de la vie (anciennement Artisans du sourire) est une association créée en mai 2011 par Eugénie Touré dans le 15ème arrondissement de Paris. Son objet est de mener des actions socio-éducatives collaboratives, destinées aux publics fragiles. Ses actions s’articulent autour de l’idée « du beau pour mieux vivre ». « Une nouvelle chambre pour mieux se construire » est le programme fondateur de l’association.

Objectifs du programme

- Restaurer l’espace de vie d’un enfant (sa chambre) pour l’aider à mieux se construire
- Apporter aux structures sociales un outil éducatif novateur et efficace
- Mettre en lumière « le beau » propre à chaque enfant
- Faire participer les bénéficiaires et les associer au projet
- Fédérer des solidarités plurielles pour réaliser nos actions

Actions mises en oeuvre

- Intervention à la demande des services de la protection de l’enfance
- Rencontre avec l’éducateur référent, rencontre avec le(s) parent(s) et engagement des 3 parties
- Rencontre avec les enfants dans leur chambre
- Diagnostic et conceptualisation
- Mobilisation des acteurs solidaires (entreprises partenaires et bénévoles)
- Réalisation solidaire du projet d’aménagement
- Mesure des impacts

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

Depuis 2012 : 25 p’tits chantiers réalisés
- 16 enfants bénéficiaires en 2014 et 22 en 2015
- 4 structures de la Protection de l’Enfance
- Etude « Une rénovation ? Pas seulement ! ». Réalisée par l’Ecole Supérieur du Travail Social (2014)
- Amélioration et renforcement : estime de soi, autonomie, chances de réussite scolaire, liens intrafamiliaux, intégration sociale

Originalité du programme

Ce programme propose un nouveau mode d’intervention à domicile. Il se base autour du désir des enfants, c’est-à-dire que ces derniers sont accompagnés pour définir « son beau ». Cette approche permet de motiver les enfants et participe à les aider à mieux se construire : enjeu capital de la réussite scolaire.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

Structures de la Protection de l’Enfance : associations Jean Cotxet, Olga Sptizer, La Sauvegarde de l’Adolescence, JCLT du Groupe sos

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- Pérenniser les financements
- Coût du programme trop important
- Mobiliser des bénévoles pour la rénovation
- Faire connaître et de valoriser notre programme
- Complexité et cloisonnement de l'organisation de l'action sociale en France : freins à la concertation, à la mutualisation et à l’optimisation de l’action sociale collaborative de façon générale et pour le programme articulation difficile avec les structures sociales

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

Fin 2015 sous sa nouvelle « version » :
- Modélisation de l’intervention en réponse aux limites du programme (peu de bénéficiaires, logements non pérennes, participation des bénéficiaires limitée) et aux obstacles liés à la mise en place de l’action (intervention trop longue et coûteuse, difficulté à mobiliser les volontaires…)
- Simplification et modélisation du mode de financement partagé en réponse aux contraintes budgétaires qui permettent d’envisager un changement d’échelle
- Création des outils de mesure d’impact

Améliorations futures possibles :

- Définir les critères d’éligibilité
- Renforcer la posture active des personnes bénéficiaires (signature d'un contrat d'engagement et participation plus importante à la réalisation)
- Parvenir à articuler, à « légitimer » et à contractualiser le modèle d’intervention collaborative avec les structures sociales partenaires. Clarifier et modéliser les fonctions / rôles des différents acteurs
- Renforcer l’action collaborative sur la partie réalisation (ex : partenariats avec des Ecoles, des associations, développer le mécénat de compétences….)

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- La mesure des impacts pour les bénéficiaires et pour l’accompagnement éducatif (Etude)
- L’importance du soutien et de l’engagement du secteur privé (entreprises)
- L’intervention en synergie avec l’accompagnement éducatif
- Participation des bénéficiaires : ils sont acteurs du projet et contribuent financièrement au projet
- Co-construction des chantiers : entre Les p’tits chantiers de la vie, la famille, les structures sociales et les organisations assurant la rénovation des chambres

Idée de sujet(s) de recherche fondamentale ou appliquée, utile(s) pour le présent programme :

- Les problématiques liées au « cloisonnement » des acteurs de l’action sociale
- La force de l’action collaborative et des partenariats d’action sociale

Références bibliographiques

Gouyon M., « Une chambre a soi : un atout dans la scolarite ? »[Internet]. [cité 1 oct 2014]. Disponible sur : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/donsoc06r.pdf

Perla-Serfaty-Garzon, « Expérience et pratiques de la maison » [Internet]. [cité 1 oct 2014]. Disponible sur : http://www.perlaserfaty.net/images/Exp%C3%A9rience%20et%20pratiques%20de%20la%20maison%20-%20un%20texte%20de%20Perla%20Ser.PDF

Perla-Serfaty-Garzon, « Habiter » [Internet]. [cité 1 oct 2014]. Disponible sur : http://www.habiter-autrement.org/01_tendances/contributions-01/Habiter-par%20Perla-Serfaty-Garzon.pdf

Long S. « Chambre d’enfant avec salon : appropriation des espaces domestiques entre adultes et enfants. » Strenæ Recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance [Internet]. 1 juin 2014 [cité 1 oct 2014] ;(7). Disponible sur : http://strenae.revues.org/1168

Youf D. « L’enfant acteur et/ou sujet au sein de sa famille » coordonné par Geneviève Bergonnier-Dupuy. Sociétés et jeunesses en difficulté Revue pluridisciplinaire de recherche [Internet]. 23 mars 2007 [cité 1 oct 2014];(n°3). Disponible sur : http://sejed.revues.org/340

Pour en savoir plus

Partager cette fiche
Télécharger la fiche