Logo Aliniha

« UNE FEMME, UN CRÉDIT, UN ARBRE » : UN PROGRAMME ORIGINAL MELANGEANT MICROCREDIT, PROTECTION ENVIRONNEMENTALE ET FORMATIONS

Résumé : Aliniha est une méthodologie visant à impliquer les femmes dans le développement durable de leurs régions et dans l’amélioration de leurs conditions de vie. Le programme a mis en place un système de microcrédit permettant aux femmes d’entreprendre des activités économiques. En contre-partie, elles doivent planter et entretenir des arbres ainsi que suivre des formations où elles sont amenées à gérer durablement leurs ressources, qu’elles soient humaines (savoir), financières (argent) ou naturelles (arbres).

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : 2007
  • Lieu de réalisation : Gaoua (Burkina Faso), Kayes (Mali), Tambacounda (Sénégal)
  • Budget : N/C

Organisme(s)

  • Aliniha
  • Immeuble Adama Kone, Avenue des Armées, Sotuba ACI
  • Bamako
  • Salariés : N/C
  • Bénévoles : N/C
Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  26/08/2014
Appréciation(s) du comité : Impacts élevés !
Solution(s) : Environnement
Pays :  Mali
Envergure du programme :  Internationale
Opérateur(s) :  Association, ONG
  • Bénéficiaires :  Femmes
  • Domaine(s) :  Budget, Coopération, Éducation, Formation, Participation citoyenne

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : GOEPP Jean , « « UNE FEMME, UN CRÉDIT, UN ARBRE » : UN PROGRAMME ORIGINAL MELANGEANT MICROCREDIT, PROTECTION ENVIRONNEMENTALE ET FORMATIONS », **Journal RESOLIS** (2014)

Origines et contexte du programme

Aliniha a pour origine la rencontre, en 2007, de 3 entrepreneurs sociaux (CAMIDE, NEBEDAY et APFG), venant de 3 pays d’Afrique de l’Ouest : le Burkina Faso, le Mali et le Sénégal. Ces trois leaders de développement avaient chacun un domaine de compétences particulier : l’épanouissement et le renforcement des capacités des femmes, la microfinance et la gestion des ressources naturelles. Ensemble, ils ont trouvé intéressant de partager leurs expériences et d’intégrer ces thématiques dans un programme commun « une femme, un crédit, un arbre ». Aliniha a vu le jour en 2009, dans les 3 régions que sont : Gaoua au Burkina Faso, Kayes au Mali et Tambacounda au Sénégal. Ainsi, le 22 mars 2012, a été constituée Aliniha International.

Objectifs du programme

Aliniha International soutient les femmes et les groupements de femmes dans le but de les aider à s’organiser en associations. Les femmes deviennent leaders de développement durable en intégrant les objectifs de gestion des ressources naturelles, d’épanouissement social et de développement économique. Les objectifs, les actions et les réalisations ont été définis afin de s’adapter entièrement aux besoins et aux difficultés des populations locales.

Actions mises en oeuvre

- Microfinance : Les groupements de femmes peuvent demander un crédit social auprès d’une institution de microcrédit, faisant elle aussi partie d’Aliniha International, afin de mener à bien leurs projets et de recevoir une formation en microfinance et en gestion d’activités commerciales. À la fin d’un cycle de crédit, si les versements ont été correctement effectués, le prêt peut être renouvelé et le montant maximum par femme augmente. Tout au long du cycle (généralement 6 mois), chaque membre des groupements participe à la création d’un fonds d’épargne collectif servant de garantie en cas d’impayés
- Actions environnementales : Chaque femme accédant à des services de microfinance s’engage dès lors à planter et entretenir trois arbres qui lui sont octroyés en même temps que le crédit. Cette approche cherche ainsi à aider les femmes à gérer leurs ressources plus durablement et à prendre conscience de leur propre impact sur leur environnement
- Formations : Les femmes sont invitées à suivre une série de formations qui vont de l’alphabétisation à la gestion d’une activité génératrice de revenus, en passant par la sensibilisation aux droits des femmes et à la protection de l’environnement. Les formations contribuent à l’épanouissement des femmes, faisant d’elles des architectes clefs du changement
- Les femmes de l’Aliniha sont formellement organisées au sein de diverses Associations Aliniha Autogérées (6 au Mali, 3 au Sénégal et 3 au Burkina Faso). Elles ont pris en charge plusieurs de ces activités, devenant ainsi des adhérents propriétaires.
- Les partenaires d’Aliniha l’encouragent à atteindre l'autonomie financière par la mise en place de divers engagements et projets communs dont les revenus peuvent participer à la formation du capital de l’association. Les femmes peuvent s’approprier une multitude de tâches actuellement gérées par l’organisation. Elles peuvent néanmoins s’appuyer sur les prestataires de services rémunérés CAMIDE, NEBEDAY et APFG pour effectuer les tâches qui dépassent leurs compétences.

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- 6 000 femmes ont adhéré à la « Charte Aliniha ». Celle-ci leur a donné accès à une série de formations et à des crédits. De plus, depuis 2008 elles ont épargné près de 100 000 euros. Leurs activités génératrices de revenus se sont diversifiées : des milliers d’arbres ont été plantés ; le sac plastique est peu à peu abandonné au profit du panier et/ou de sac en tissu fabriqué par les femmes ; des pépinières et des périmètres maraîchers, gérés par les femmes Aliniha, ont été créés ; des alternatives au charbon de bois comme le recours au gaz ou au charbon de paille ont également vu le jour.
- De nombreuses femmes ont été accompagnées dans leurs démarches d’obtention d’une carte d’identité, faisant d’elles des citoyennes à part entière
- À la suite de leurs formations, les femmes sont mieux armées pour inciter leurs familles à changer de comportement.

Originalité du programme

L’originalité du programme Aliniha réside dans sa manière de mélanger les actions humaines, financières et naturelles. En effet, afin d’encourager la participation citoyenne et la responsabilité des bénéficiaires, les femmes bénéficiant d’un microcrédit d’Aliniha doivent en contre-partie suivre des formations et protéger l’environnement.

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

La vulgarisation, la reproduction et la transposition du modèle.

Améliorations futures possibles :

- Les 3 entrepreneurs sociaux travaillent activement à l’autonomie financière de la structure afin de garantir la pérennité des activités. Pour cela, il faut confier plus de responsabilités aux membres
- Organiser et faciliter les échanges entre les 12 AAA existantes (Associations Aliniha Autogérées) ainsi que leurs relations avec les institutions de microfinance partenaires
- Continuer à fournir aux 12 AAA existantes le soutien et les outils nécessaires à la mise en place de leurs activités combinant valorisation de l’environnement, développement et croissance économique
- Aider à la propagation de la méthode en s’appuyant sur les groupements de femmes
- Aujourd’hui, Aliniha se dirige vers de nouveaux horizons : autosuffisance et internationalisation.

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- La collaboration, le partenariat entre 3 associations existantes qui peuvent partager leurs expériences et intégrer leurs compétences dans un programme commun
- Formation en microfinance et en gestion d’activités commerciales.
- Réintroduction de microcrédits monétaires dans le programme
- La remise de 3 plants et la formation permettant de savoir comment les entretenir
- L’autonomisation des femmes membres
- Des actions afin d’avancer vers l’autosuffisance d’Aliniha

Références bibliographiques

Goepp, J., “Aliniha: women leaders at the heart of sustainable development in West Africa” FACTS Reports (2013) in press

Partager cette fiche
Télécharger la fiche