Logo Alhambra Cinémarseille

« Toute la lumière sur les SEGPA » : les élèves acteurs et réalisateurs

Résumé : Pendant une année scolaire, des élèves de SEGPA (Sections d'enseignement général et professionnel adapté) de divers collèges des Bouches-du-Rhône réalisent un court métrage, encadrés par des intervenants artistiques et accompagnés par leurs enseignants. Ce projet culturel et artistique a pour objectif de donner à ces jeunes en grandes difficultés d’apprentissage un espace d’expression et parallèlement de médiatiser le dispositif des classes de SEGPA.

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : 2011
  • Lieu de réalisation : Marseille
  • Budget : 50000 €
  • Origine et spécificités du financement : Financements publics et Fondations privées
  • Télécharger l’annexe n°1

Organisme(s)

  • Alhambra Cinémarseille
  • 2 rue du cinéma
  • 13016 Marseille
  • Salariés : 13
  • Bénévoles : 0
Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  27/04/2015
Appréciation(s) du comité : A généraliser !
Solution(s) : Culture, sport et loisirs Education
Pays :  France, Provence-Alpes-Côte d'Azur
Envergure du programme :  Locale
Opérateur(s) :  Association, ONG
  • Bénéficiaires :  Elèves, étudiants
  • Domaine(s) :  Éducation, Formation, Culture

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « Agissons ensemble contre le décrochage scolaire » (2015)

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Durieux Cécile , « « Toute la lumière sur les SEGPA » : les élèves acteurs et réalisateurs », **Journal RESOLIS** (2015)

Origines et contexte du programme

L’Alhambra Cinémarseille est une association qui gère le cinéma l’Alhambra, équipement culturel de la Ville de Marseille. Situé dans les quartiers nord de Marseille, il développe une action culturelle et éducative permanente et quotidienne destinée au plus grand nombre. L’Alhambra Cinémarseille est aussi Pôle régional d’éducation au cinéma, mission consistant en l’animation du réseau régional, constitué de tous les acteurs de l’éducation au cinéma, un travail sur les ressources et outils pédagogiques et le développement de la formation. C’est à ce titre que l’association coordonne le projet « Toute la Lumière sur les SEGPA», créé à l’initiative de l’Éducation Nationale.

Objectifs du programme

- Donner à ces jeunes en grandes difficultés d’apprentissage un espace d’expression et médiatiser le dispositif des classes de SEGPA.
- Leur permettre de s’engager dans un projet audiovisuel et leur apporter une ouverture culturelle et artistique.
- Par la médiation de la vidéo, leur permettre de porter un regard analytique sur leur vie scolaire et de donner du sens aux apprentissages.
- Fournir aux enseignants de SEGPA un support propice aux apprentissages dans les domaines des arts visuels, de la maîtrise de la langue, des technologies de l’information et de la communication.
- Les valoriser par la projection de leurs productions dans une salle de cinéma et dans les collèges, ainsi que par leur large diffusion.

Actions mises en oeuvre

Durant une année scolaire, chaque élève bénéficie de 40 à 50 heures de pratique artistique, co-animées par son enseignant spécialisé et un artiste de l’image, l’impliquant dans chacune des étapes de la création artistique : suivi d’un parcours culturel, de spectateur (découverte d’œuvres…) ; découverte technique du cinéma et de l’audiovisuel ; construction du projet artistique ; réalisation et production du film
- Sélection des collèges partenaires en juin, en gardant un équilibre entre nouveaux collèges et collèges renouvelés, entre quartiers prioritaires et plus favorisés.
- Rentrée scolaire : stage de formation des enseignants.
- Octobre-novembre : début des interventions artistiques dans les collèges.
- Décembre : journée de projection de films au cinéma l’Alhambra avec tous les collégiens
- Février et mars: réunion de suivi avec les enseignants et les intervenants à mi-parcours.
- Début juin: journée festival au cinéma l’Alhambra avec tous les collégiens, leurs enseignants, les artistes et l’ensemble des acteurs impliqués. Projection des courts métrages, remise des prix par un jury composé de professionnels du cinéma, d’étudiants, d’enseignants, d’un directeur de SEGPA… Tous les élèves reçoivent un DVD avec les films réalisés par chaque collège et autres récompenses.
- Mi-juin : projection des films dans les collèges et/ou cinémas de proximité.
- Courant juin: bilans avec les intervenants artistiques et les enseignants, évaluation.

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- Indicateurs de réussite : présence des élèves sur toutes les séances, sens des responsabilités et du travail collectif ; cohésion de groupe ; vécu de l’aventure ; réussite scolaire ; acquisition de savoirs et compétences, développement personnel, prise d’initiative et autonomie ; parvenir à réaliser et à produire un court film projeté sur grand écran ; entendre et voir les élèves fiers et heureux de présenter leur film devant tous les autres collégiens et les institutionnels lors de la journée festival. Ce projet leur permet de donner du sens aux apprentissages et de se sentir valorisés.
- Enthousiasme, implication et motivation de tous les acteurs.
- De plus en plus de collèges souhaitent participer au projet. Au total, 150 à 200 élèves participent au projet chaque année.

Originalité du programme

Ce projet est la seule action culturelle d’ampleur proposée aux classes de SEGPA. L’exigence de qualité est grande car les élèves concernés sont en difficulté d’apprentissage dès le plus jeune âge et sont issus pour la majorité d’un milieu défavorisé où les expériences artistiques sont rares et les références culturelles peu nombreuses. Cette action est innovante aussi au niveau pédagogique : développer des savoirs et compétences du socle commun ; (re)trouver une confiance en soi ; donner du sens aux apprentissages… Pour finir, le projet est exigeant au niveau artistique. Ces élèves en grandes difficultés bénéficient au minimum de 50 heures de pratique artistique, leur permettant d’accéder à un parcours artistique complet. Une grande liberté est laissée aux enseignants et aux intervenants pour l’organisation des séances, et aux élèves dans le choix du format et du thème abordé dans leur court métrage. C’est grâce à cette liberté que les élèves peuvent réellement s’approprier leur court métrage. Le fait d’utiliser l’outil cinéma dans le cadre scolaire, avec des intervenants professionnels, est également original.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

- Éducation nationale : La circonscription ASH (Adaptation Scolaire des élèves Handicapés) co-coordonne le projet (lien avec les enseignants et directeurs de SEGPA) et contribue avec la DAAC (Délégation Académique à l’Action Culturelle) à définir les orientations pédagogiques du projet, organise un stage inscrit au plan départemental de formation et propose aux enseignants des temps d’évaluation.
- Association Les Ateliers de l’image : co-coordonne le projet et une partie des ateliers
- Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône, DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) PACA, Direction des Services Départementaux de l’Education Nationale (DSDEN) : au delà du financement, ils contribuent à la définition des critères de choix des actions à chacune des étapes et à leurs orientations
- Collèges : enseignants et directeurs de SEGPA.
- Fondations privées

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- Le première année, le nombre d’heures de pratique artistique s’élevait à 18h par collège. Le résultat final du projet, réaliser un film et le présenter dans le cadre de la journée festival, ne laissait pas suffisamment de temps à l’éveil culturel pourtant fondamental pour ces classes.
- Les collégiens des autres classes ne connaissent pas forcément le projet. Or il est fondamental de communiquer auprès d’eux justement afin de donner une autre image des classes de SEGPA.

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

- Se tourner vers des fondations privées pour avoir plus de financements. Nous avons ainsi pu augmenter les temps d’interventions des artistes (40 heures) afin de proposer un véritable parcours artistique. L’action a pu gagner en assurance et en légitimité. Au fur et à mesure, le cadre financier s'est d'avantage structuré grâce au soutien des partenaires publics et tous les acteurs du projet en sont d’autant plus motivés et confiants.
- Insister auprès des établissements pour qu’ils organisent une diffusion du court métrage réalisé par la classe de SEGPA, ce qui permet de valoriser les élèves auprès des autres collégiens.

Améliorations futures possibles :

- Amélioration au fur et à mesure des retours annuels.
- Organiser des séances dans les collèges et convier les autres collégiens, les familles.
- Plus communiquer sur le projet, et réfléchir à son essaimage.

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- L’implication des partenaires, des enseignants, des intervenants (s’investissent toujours plus que leurs heures) et des directeurs de SEGPA.
- Caractère départemental du projet : plusieurs classes de SEGPA de différents collèges participent, les élèves se rencontrent et découvrent ce qui se passe ailleurs. Ils apprécient de se retrouver tous ensemble.
- Valoriser le travail réalisé par les élèves.

Pour en savoir plus

Présentation générale du projet sur le site du Pôle PACA & liens vers les films réalisés lors des 5 premières éditions:
http://www.pole-cinema-paca.org/ressources/spip.php?ressource1188


Partager cette fiche
Télécharger la fiche