Logo Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT)

« Sport et Insertion des Jeunes » à Pau : une solution pour des jeunes « décrochés »

Résumé : A Pau (Pyrénées-Atlantiques), le projet « Sport et insertion des jeunes » de la Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT) permet à certains jeunes « décrochés » de reprendre pied dans la société grâce à des activités sportives.

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : 2013
  • Lieu de réalisation : Pau
  • Budget : 40000 €
  • Origine et spécificités du financement : Politique de la ville, Conseil Général, Conseil Régional, Vinci

Organisme(s)

  • Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT)
  • 1 rue Monseigneur Campo
  • 64000 Pau
  • Salariés : 1
  • Bénévoles : 15
Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  31/03/2015
Appréciation(s) du comité : Impacts élevés !
Solution(s) : Culture, sport et loisirs Education
Pays :  France, Nouvelle Aquitaine
Envergure du programme :  Locale
Opérateur(s) :  Association, ONG
  • Bénéficiaires :  Adolescents
  • Domaine(s) :  Loisirs, Sports, Éducation, Formation, Culture

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « Agissons ensemble contre le décrochage scolaire » (2015)

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Essaïdi Amina , « « Sport et Insertion des Jeunes » à Pau : une solution pour des jeunes « décrochés » », **Journal RESOLIS** (2015)

Origines et contexte du programme

La Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT) a fait le constat que certains jeunes entre 16 et 25 ans, du fait d’un échec scolaire ou de difficultés sociales importantes, sont très éloignés du monde du travail et de toute démarche de formation leur permettant d’envisager un avenir professionnel ou de formation.
Imaginée en 2010 lors d’une rencontre entre la Mission locale de la ville de Pau et la FSGT, concrétisée par son chantier Milieux populaires, cette expérimentation tente de remobiliser des jeunes désocialisés par le biais d’activités sportives.

Objectifs du programme

- Permettre au jeune en rupture avec le système scolaire et professionnel de reprendre confiance en lui, et de faciliter l’accès aux différents droits communs (formation, scolarité, emploi)
- Proposer au jeune de reprendre progressivement des rythmes sociaux
- Donner au jeune le goût de l’effort, le respect de soi et des autres, au travers d’activités physiques et sportives, individuelles et collectives
- Permettre au jeune ayant des difficultés avec l’expression écrite et orale de reprendre goût à l’écriture et à la lecture par une approche ludique et interactive s’appuyant sur les méthodes d’éducation nouvelle
- Faciliter la découverte de l’entreprise et du monde du travail.

Actions mises en oeuvre

- Les jeunes, tous déscolarisés sont orientés par la mission locale (à 60%), par la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) ou les foyers de l’enfance.
- L’évaluation diagnostic fournit un état des lieux, et doit permettre de repérer pour chaque jeune les points forts sur lesquels ancrer les nouveaux apprentissages et les points faibles, signes des difficultés qu’ils rencontrent. Les évaluations pédagogiques sont des bilans d’étapes qui permettent de situer la progression du jeune. Enfin, une évaluation finale est faite en fin de parcours pour dresser avec chacun un bilan permettant un éclairage sur un projet individuel.
- Les jeunes viennent tous les matins (du lundi au vendredi) de 9h30 à 12h30 pour des activités collectives, et un soutien individuel leur est proposé les après-midi.
- Activités proposées aux jeunes :
-> Activités physiques et sportives pour : remobiliser le corps et les rythmes, développer l’estime de soi, une bonne hygiène de vie, le dépassement de soi et l’apprentissage de l’effort
-> Expression « théâtre forum » pour libérer la parole et le corps, enrichir le langage verbal et corporel
-> Expression artistique et manuelle pour libérer la créativité, développer l’estime de soi, faire émerger ses sensibilités et ses sources d’intérêt
-> Relation au monde du travail par une sensibilisation positive pour découvrir, s’impliquer et se projeter dans un projet professionnel

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- 39 jeunes ont été accueillis depuis septembre 2013.
- Presque 100% des jeunes restent jusqu’au bout de la période minimum de 3 mois et viennent tous les matins. Seuls 4 jeunes ont arrêté, car ils déménageaient ou changeaient de famille d’accueil et habitaient alors loin du centre. Les jeunes restent en moyenne 4 mois et demi.
- A la fin des 3 mois, 90% des jeunes ont repris contact avec la mission locale (sachant que 60% sont envoyés par la mission locale, mais n’ont pas toujours de contacts réguliers avec leur conseiller)
- 10% des jeunes sont re-scolarisés (ils ont entre 16 et 17 ans).
- Evaluations informelles faites avec les jeunes, avec des jeux, des questions… Les jeunes se sentent en confiance, et se sentent pris en compte.

Originalité du programme

L’approche est entièrement basée sur le sport et les jeux. Les jeunes apprennent sans s’en rendre compte, et ne se sentent pas jugés. Le fait que les activités soient assurées par des bénévoles leur montre aussi que des gens prennent du temps (non rémunéré) pour eux. Ils n’ont pas le même rapport avec eux que leur éducateur, conseiller à la mission locale… Les bénévoles ne leur posent pas de questions à propos de leurs problèmes, ils sont là pour les encadrer dans une activité.
D’autre part, le programme s’appuie sur les compétences des jeunes : chaque jeune est à un moment une personne ressource pour le groupe. Par exemple, un jeune passionné par l’histoire-géographie fait les visites de Pau. Ainsi, ils apprennent ce qu’ils savent aux autres, y compris aux adultes, ce qui les valorise.

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

- Mission Locale de Pau, la Protection Judiciaire de la Jeunesse et les Foyers de l’enfance envoient des jeunes
- 2 clubs sportifs affiliés à la FSGT fournissent du matériel et prête les infrastructures
- Centres sociaux, Maisons des Jeunes et de la Culture, Clubs de quartier … font partie du réseau de veille qui permet à la coordinatrice d’être au courant de ce qu’il se passe à Pau.

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- Volatilité des bénévoles : un bénévole peut prendre des vacances, et donc ne pas assurer les activités
- Difficile de trouver des bénévoles car il s’agit de s’engager une matinée toutes les semaines. Ce sont donc majoritairement des retraités et des demandeurs d’emploi.
- Certains jeunes arrivent en cours de route, et d’autres partent. Il faut accueillir les nouveaux tout en s’assurant que les autres sont toujours intéressés.

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

- Mobiliser des bénévoles pour proposer de nouvelles activités. La coordinatrice peut encadrer certaines activités où elle n’a pas besoin d’avoir un diplôme d’encadrement comme des randonnées, jeux coopératifs... tout en gardant une certaine continuité.
- Recrutement des bénévoles au bouche à oreilles. Le public pouvant être difficile, il faut un minimum de pédagogie pour les encadrer, et ne pas avoir d’a priori sur eux. Il est préférable de ne pas toujours avoir suffisamment de bénévoles mais qu’ils correspondent bien au profil recherche et qu’ils s’entendent bien avec les jeunes et entre eux, plutôt que d’avoir beaucoup de bénévoles pas toujours compétents.
- Les jeunes organisent eux-mêmes le 1er jour d’un « nouveau », lui font visiter le centre et lui expliquent son fonctionnement. La coordinatrice fait attention à ne pas accueillir trop de nouveaux en même temps pour ne pas perturber le groupe.

Améliorations futures possibles :

- Il serait bien d’embaucher un autre salarié, ou accueillir des étudiants STAPS car la coordinatrice ne peut actuellement pas s’absenter des activités pour animer le réseau.
- Trouver un local plus adapté

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

- Un appui du chantier fédéral Milieux populaires de la FSGT pour élaborer le diagnostic partagé, l’écriture du projet, l’élaboration du réseau et du programme d’activités, la recherche du financement pour l’emploi de la coordinatrice locale
- Un porteur de projet motivé, suffisamment connu dans le réseau social local
- Formaliser les partenariats : par exemple, identifier les structures qui envoient les jeunes
- Avoir un(e) salarié(e) pour coordonner le projet et s’occuper des tâches administratives, achats, coordination…
- Formaliser les échanges entre les bénévoles sur les jeunes (une fois par mois)
- Les activités proposées aux jeunes sont ludiques et sont différentes de ce qui est proposé ordinairement aux jeunes.
- Les jeunes sont pris dans leur globalité, et la coordinatrice et les bénévoles prennent en compte ce qu’ils disent.
- Une coordination partagée entre l’association FSGT locale, régionale et nationale

Idée de sujet(s) de recherche fondamentale ou appliquée, utile(s) pour le présent programme :

Des recherches autour de : Sport et lien social, qu’est ce qui permet d’inscrire durablement une action d’insertion par le sport durablement sur un territoire et qui favorise la participation de tous les acteurs concernés ?

Pour en savoir plus

- Revue Sport et plein air de la FSGT
- Chantier Milieux populaires Fsgt Pantin


Partager cette fiche
Télécharger la fiche