Logo Les bâtisseurs d’Emmaüs

"ACI": Des ateliers d'insertion professionnelle contre le mal-logement

Résumé : L’Atelier Chantier d’Insertion (ACI) de l’association « Les Bâtisseurs d’Emmaüs » contribue à l’insertion professionnelle dans le secteur de la construction et de la rénovation, promeut le réemploi de matériaux. Les constructions écologiques réalisées bénéficient aux victimes du mal-logement.

Partager cette fiche

Programme

  • Démarrage : Juin 2011
  • Lieu de réalisation : Aubervilliers
  • Budget : 400000 €
  • Origine et spécificités du financement : Clients, Etat, Région Ile-de-France, Département de la Seine-Saint-Denis, Fondations VINCI, GDF-SUEZ

Organisme(s)

  • Les bâtisseurs d’Emmaüs
  • ZA La Fontaine du Vaisseau 3 Rue Michelet
  • 93360 Neuilly-Plaisance (France)
  • Salariés : 14
  • Bénévoles : 5
Site Internet

Localisation

Comité de lecture

  • Date de lecture de la fiche :  23/08/2014
Appréciation(s) du comité : Source d’inspiration !
Solution(s) : Emploi Environnement Logement
Pays :  France, Île-de-France
Envergure du programme :  Locale
Opérateur(s) :  Association, ONG
  • Bénéficiaires :  Personnes en situation de handicap, Bottom Of the Pyramid (BOP)
  • Domaine(s) :  Travail, Logement, Éducation, Formation

Fiche collectée dans le cadre du programme RESOLIS « Pauvreté France » (Aubervilliers)

Copyright: Licence Creative Commons Attribution 3.0 ( http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/ )
Pour citer un texte publié par RESOLIS : Balde Dominique , « "ACI": Des ateliers d'insertion professionnelle contre le mal-logement », **Journal RESOLIS** (2014)

Origines et contexte du programme

L'Atelier Chantier d’Insertion (ACI) des Bâtisseurs d'Emmaüs, créé en 2007, appartient à la communauté Neuilly Emmaüs Avenir. Ses activités servent à faire vivre les « compagnons » (leur travail leur permettant d’avoir un logement, de la nourriture, des droits à la retraite, la sécurité sociale et un pécule). L’ACI est devenu autonome en Juillet 2011 et est agréé par l’Etat sous la Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi du 93 (DIRECCTE du 93).

Objectifs du programme

L’ACI a pour objet d'insérer socialement et professionnellement des personnes très éloignées de l'emploi (personnes en situation de handicap, minima sociaux, etc.) par des activités de construction (bâtiments à ossature bois), de rénovation et de réhabilitation, destinées aux groupes et communautés Emmaüs, aux associations accompagnant des familles ROM et/ou des gens du voyages, à des bailleurs sociaux engagés, à des collectivités territoriales. Ces constructions et rénovations permettent aussi de lutter contre le mal-logement.

Actions mises en oeuvre

- Projets de construction collectifs à destination de familles en grande précarité face au logement.
- Retour à l'emploi progressif en assurant un suivi adapté et personnalisé :
1) Un chef de chantier et un assistant encadrent les salariés en insertion
2) une accompagnatrice socioprofessionnelle assure des entretiens de suivi individuel (déceler le(s) problème(s) : logement, dette, santé, respect des consignes, accès aux droits, etc.) et des ateliers collectifs pour les aider à déterminer leur projet professionnel (bâtiment, cuisine, logistique, manutention, etc.) et à le mettre en œuvre (réorientation).

résultats et impacts, quantitatifs et qualitatifs, des actions mises en oeuvre

- Construction de 2 maisons en palettes récupérées sur la commune d’Aubervilliers ; Isolation en matériaux récupérés d’un bâtiment (logements « passerelle » pour des familles Rom) ; Installation de 2 modules éco-sanitaires pour des familles du voyage.
- Une douzaine de familles précaires ont déjà bénéficié des actions de construction.
- Sur le plan de l'insertion : 70 % de sorties positives en 2012 (contre 55 % pour le reste du département).

Originalité du programme

Insérer professionnellement des personnes en difficultés tout en luttant contre le mal-logement et en favorisant l’économie circulaire (expérimentation du réemploi de matériaux).

Partenariat(s) développé(s) dans le cadre du programme

- Pôle économique : Communautés Emmaüs, collectivités (Rosny, Aubervilliers), entreprises de l'habitat social (Habitats Solidaires), associations (l’Association Départementale pour la Promotion des Tsiganes - ADEPT, Coup de Main, les Centre Communal d’Action Sociale CCAS), l’Atelier du Bocage (utilisation de palettes)
- Pôle insertion : Communautés Emmaüs, Pôle Emploi Neuilly-Plaisance, Plan Initiative Emploi (PLIE), Plan de Ville de Neuilly Plaisance, autres Structures d’Insertion par l’Activité Economique (SIAE) et Centres d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS)
- Problématiques sociales : Réseau Emmaüs, Aurore, Association Epoc (Espace Psychanalytique d’Orientation et de Consultations) Paroles Voyageuse, les Groupements d’Etablissements (Greta), fournisseurs, La cité du Printemps (Neuilly Plaisance), Emmaüs Solidarité.

Retour d’expérience

Difficultés et/ou obstacles rencontrés durant la mise en oeuvre du programme :

- L’équilibre économique n’est pas encore atteint.
- L’activité de construction (avec l’ambition du réemploi) nécessite un important travail de recherche, conception, préparation et de mise en œuvre des projets (dessin, suivi de chantier, gestion des approvisionnements, identification de sources de réemploi, adaptation des procédés constructifs, etc.), ce qui implique des coûts de structures importants
- Les clients (bailleurs sociaux d’insertion, collectivités territoriales, etc.) sont des acteurs « engagés » ayant eux-mêmes de fortes contraintes financières.
- Les bénéficiaires se déplacent peu aux accompagnements thérapeutiques (craintes face à la thérapie).

Solutions adoptées pour répondre aux difficultés et/ou obstacles :

- En cas de problèmes psychologiques, le bénéficiaire est orienté vers une structure (locale) spécialisée : EPOC (l’Espace Psychanalytique d’Orientation et de Consultations), l’association Aurore (en cas d’addiction), etc.
- Les procédés de construction se réalisent en atelier : plus écologique, pratique et économique.
- Tests en cours sur le réemploi des matériaux d’intérieur (ex : peintures).

Améliorations futures possibles :

Structuration, développement et stabilisation des activités :
1) plus de chantiers
2) consolidation d’un cœur de métier pour stabiliser l'activité d'insertion (travail avec les clients et architectes pour pré-fabriquer des panneaux, une ossature en atelier amenée à être montée sur place. Permettra aussi un développement territorial par la participation citoyenne)
3) création du pôle de récupération en matériaux du bâtiment (diminution des coûts d'achat de matériaux et des prix de revient).

Présentation des facteurs de réussite et conseils pour une généralisation ou transposition du programme :

PRESENTATION DES FACTEURS DE REUSSITE POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME
- Actions concrètes mises en œuvre pour lutter contre le mal-logement
- Le suivi personnalisé pour l’insertion professionnelle des bénéficiaires
- Le volet écologie, par la réutilisation de matériaux recyclés

CONSEILS POUR UNE GENERALISATION OU TRANSPOSITION DU PROGRAMME
- Avoir un modèle économique stable, et un cœur de métier, un savoir-faire (ici, la construction)
- Savoir s’entourer, car multi-financement (social, institutionnalisé, privé, activité économique)
- Penser à la fois public et social (donc satisfaire le client et les bénéficiaires)

Idée de sujet(s) de recherche fondamentale ou appliquée, utile(s) pour le présent programme :

- La réutilisation de matériaux, la Recherche et Développement sur la technique et en matière de recherche d’emploi.

Partager cette fiche
Télécharger la fiche